La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
PARTICULARITES du NIVERNAIS MORVAN 2éme GUERRE MONDIALE 39/45

Amognes

Magazine

8 mai 45

Histoire


Musée virtuel de la Résistance
et de la 2ème guerre mondiale

dans les Amognes & le Nivernais-Morvan


Le contexte général
La propagande Nazie
La propagande Alliée
Uniformes et équipement des troupes
Les armes
Particularités du Nivernais-Morvan
Les maquis du Nivernais-Morvan
La 2éme guerre dans les Amognes
Les préfets de la Nièvre pendant la 2éme guerre mondiale
Les chansons de 1939 à 1945
Le cinéma de 1939 à 1945
La journée du 4 septembre 1944 à St-Benin
Histoire du soldat Alojzy WENTA
Principales dates de la 2éme guerre mondiale
Timbres poste pendant la 2éme guerre mondiale
Météo pendant la seconde guerre mondiale
Exposition itinérante "Occupants, occupés"
Musées nivernais Résistance et 2éme guerre mondiale
Marcel Déat, ministre sous l'occupation
Commémoration de la Victoire Alliée
Bibliographie sur la Résistance

PARTICULARITES du NIVERNAIS MORVAN dans la GUERRE 39-45
par Paul de HAUT.


Comme chaque région ou terroir français, le Nivernais Morvan possède des caractéristiques propres en termes d'histoire, de modes de vie, de traditions, d'élevage et d'agriculture.

Ce qui a été déterminant dans la façon dont le terrain a été mal occupé par les allemands et les maquis si fournis dans notre région, sont avant tout des particularités de relief, de densité de population, d'infrastructures routières et d'équipement de chemin de fer.

La ligne de démarcation n'était pas loin aussi, et cela eut forcément des conséquences sur les enjeux stratégiques de l'occupant et la pression qu'il exerçait sur la population, sur la rencontre avec ceux qui fuyaient la zone occupée pour rejoindre une liberté espérée.

Les troupes d'occupation allemandes qui résidaient dans notre secteur revenaient souvent du Front Russe pour une période de repos et n'étaient le plus souvent peu belliqueuses.

Grâce à un isolement relatif, le Nivernais-Morvan a été une zone privilégiée pour l'installation des maquis. Notre région qui n'est pas traversée par les grands axes de communication, en a fait une zone refuge pour tous ceux qui cherchaient à fuir la répression et qui voulaient continuer la lutte. Ses paysages, aux vallées encaissées recouvertes de forêts, forment des cachettes idéales, près des hameaux ou des fermes isolées habitués à vivre en autarcie, où l'on peut facilement obtenir des renseignements et de la nourriture. La situation administrative du Morvan, aux confins de quatre départements a longtemps gêné la répression et favorisé le développement des maquis nivernais.

C'est ainsi que la présence des occupants est plus ressentie par ses réquisitions que par une réelle occupation militaire.

La ligne de démarcation ne passait pas par la Nièvre mais s'y adossait, à cheval sur la frontière de la Nièvre et du Cher, le long de la rivière Allier jusqu'à Apremont et bifurquait à l'ouest jusqu'à la Chapelle-Hugon... De fait, Nevers a été une plate-forme d'échanges stratégiques pour les réseaux de Résistance et les passeurs entre les deux zones et nombreux sont ceux qui y trouvèrent la mort. On trouve une grande partie de son histoire dans le célèbre ouvrage du colonel Rémy : "Le déjeuner de la Croix de Vernuche ».

Les soldats sont peu nombreux dans le Morvan lui-même : il n'existe des postes militaires permanents (Kommandanturs) qu'à sa périphérie, sauf à Château-Chinon et Clamecy.
Les Allemands n'ont pas assez de soldats pour établir une occupation étroite du territoire et ils se méfient du pays, ce qui va faciliter encore le développement des maquis.

Ce sont d'ailleurs les réquisitions, de plus en plus pesantes, qui ont d'abord provoqué une résistance passive.

Les moyens techniques qui permettaient aux Allemands de vider la région de ses produits agricoles et forestiers sont les premières cibles des maquisards (destruction de presses à fourrage).

Puis, l'instauration du STO a poussé de nombreux jeunes réfractaires vers les maquis. Cette occupation a fortement marqué le pays : arrestations, déportations, exécutions ou incendies de fermes et de villages.

Pardoxalement, le Nivernais-Morvan est donc en même temps une région épargnée par la guerre et une terre de villages-martyrs.


  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.