C. Postales

Magazine

Photos

Amognes

Coeurs de villages

J'ai mal à mes souvenirs, quand je vois mourir le coeur de nos villages !

Né à Ville-Langy, je me rappelle la liste complète des commerçants et artisans de ce village d'alors environ 450 habitants : 1 boulangerie-café, 3 cafés, 1 boucherie, 2 et même 3 épiceries, 1 mercerie, 1 charron, 1 maçon, 1 menuisier, 2 cordonniers, 1 sabotier, 1 maréchal-ferrant, 1 mécanicien pour vélos. La Municipalité s'est courageusement battue pour sauver la boulangerie.

A La Fermeté où j'ai planté ma tente, la même menace de disparition pèse sur le seul commerce qui a survécu jusqu'à maintenant avec des (in)fortunes diverses, tour à tour restaurant-café, boulangerie-épicerie et de nouveau café. On cherche repreneur et il me semble que l'affaire mérite une réflexion qui dépasse évidemment le cadre local sur ce que l'on peut imaginer pour que nos villages ne soient pas définitivement ramenés au statut de simples hameaux, des « écarts », pourrait-on dire, ce qui sonnerait comme une sorte de condamnation à être « mis à l'écart ».

On peut imaginer sans peine la démarche suivante qui aménerait à faire aussi disparaître les Municipalités correspondantes.

Pour l'heure, une autre menace pèse, qui concerne le bureau de poste peau de chagrin, pour lequel la Municipalité essaie de lutter, mais qui aura du mal à ne pas être sacrifié sur l'autel de la Rentabilité.

Où est passée la notion de Service Public ?

Ne pourrait-on la repenser en regroupant différentes activités, au prix d'initiatives administratives intelligentes (aïe !) si nécessaire ? Le débat est ouvert et vos suggestions seront les bienvenues.

Petite liste indicative à étoffer, améliorer et aussi critiquer : recette buraliste, poste, épicerie, dépôt de pain, restaurant, café, cyber-café.

Ce dernier point prolongerait une intéressante initiative de la Mairie dont les cours d'initiation à l'informatique rencontrent un franc succès. Compte-tenu du coût des machines et des forfaits Internet, on pourrait rendre accessible cette mine d'information et de services au plus grand nombre, à moindre coût, tout en recréant un lieu de rassemblement et de rencontre, donc de vie qui fait cruellement défaut.

A.VAGNE