La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
SAINT SULPICE histoire et patrimoine

Amognes

Magazine

Photos

Infos mairies

Histoire et tourisme à Saint Sulpice

Page rédigée par : Paul de Haut, Augustin Vagne et Guy de Toytot.
Ce patrimoine commun étant le vôtre, toute précision complémentaire sur votre commune sera accueillie avec intérêt

Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Jean aux Amognes, Trois Vèvres, Ville Langy.

Saint Sulpice

Altitude : 275 m
Superficie : 2571 ha
Population : 436 habitants (en 2013) appelés les Saint Sulpiçois
Arrosé par : le Ruisseau des Forges.
Distance de la gare de Saint Sulpice distant de 8 km de St-Benin d'Azy et 20 km de Nevers par chemin de fer.


Hameaux et lieux-dits

Le Bourg, Belins, Billebaults, Brossarderie, Bourbons, Forêt, Forges, Grand Moulin, Guillemenots, La Motte, L'Arbrisseau, Le Mont, Les Folies, Les Frébaults, Les Pelées, Les Quoys, Machigny, Mauboux, Mantelet, Méhard, Nanton, Talou.

Origines

Il reste de l'époque gallo-romaine quelques fragments de la voie allant de Nevers à Alluy.
On en retrouve des traces notamment entre St-Jean (Sury) et "La Forêt".

Au Xe siècle, il y avait certainement un important château féodal, dans l'enceinte duquel, le vicomte Hughes de Nevers, fonda un prieuré en 1010, puis le donna aux bénédictins de La Charité-sur-Loire, puis passa sous la juridiction des Moines de Cluny.
L'église de la paroisse, était jusqu'alors dans le hameau de Méard ; elle fut détruite par les Huguenots en 1520 qui en profitèrent pour pendre puis brûler sur un bûcher constitué des portes de l'église, son curé, l'abbé Maupas ! La pierre d'autel sert actuellement à couvrir l'escalier d'une cave...
A cette époque, il y avait aussi un cloître qui abritait des Augustins au hameau des Guilleminots.
Le prieuré ne devînt église paroissiale qu'en 1650 ; construite dans la cour du château-fort du Seigneur des Poisses, descendant du roi Stanislas de Pologne.

L'église paroissiale, anciennement appelée Saint Sulpice le Châtel fut édifiée à la fin du XIIe siècle et reconstruite au XIXéme.
Un terrier de 1499 indique qu'à cette époque :"le château comporte 7 grosses tours et un portail, mais qu'il est déjà en mauvais état !"
Au XVIIIe siècle, il a totalement disparu.
Le fief et la châtellenie de Saint Sulpice le Chastel dépendent de la baronnie de La Guerche ; puis entre 1790 et 1801, Saint-Sulpice devient chef-lieu de canton.
Guy Coquille le décrit comme étant : "Le vray territoire des Amognes, comme les paroisses de Montigny, St-Jean de Lichy, St-Père-à-Ville, Ourouer et Lichy."

En 1792, pendant la période révolutionnaire, la commune fut rebaptisée Roche-la-Montagne.

En 1820, sur les 947 habitants de la commune, 39 étaient tireurs de mines.
En 1866, la population compte jusqu'à 1110 habitants ; en 2012, elle est tombée à 446 âmes.


Saint Sulpice est le village natal du poète Gabriel Charles (1877 - 1931).
Né d'une famille nivernaise le 29 septembre 1877, il fait ses études dans un établissement religieux de la Nièvre, y obtient son bacho, et fréquente très vite les poètes. Journaliste , il sera collaborateur au « Petit Nivernais » puis au « Journal de la Nièvre » et compose un recueil de poésies : « Les Roses du Morvan ».
Par goût de l'aventure, Il s'essaya à la carrière des armes, d'abord dans l'infanterie coloniale au Maroc, ensuite aux Dardanelles comme sous-lieutenant à l'issue de la Grande Guerre, puis passa lieutenant en Syrie, après la guerre. En 1925, Gabriel ne pourra résister à l'appel du bled marocain, et y sera distingué par la Légion d'Honneur. De retour à Nevers, il reprendra ses anciennes activités en écrivant des chroniques pour « Paris-Centre », des poésies sous le pseudonyme d'Ariel, à « l'Echo de la Nièvre ».
Ce bel esprit s'éteignit à Nevers, le 18 juin 1931, miné par l'ennui, rongé par les fièvres.


La polyculture et l'exploitation forestière sont les activités économiques principales actuelles, mais à la fin du XIXe siècle, on comptait plus de 20 artisans ou commerçants.
A la même époque, et jusqu'à la contamination des vignes par le Phyloxera, il y avait pas mal de vignobles (la famille de Toytot en possédait 8 ha en 1848).
.

Etat des activités de la population vers 1900
917 habitants
Maire : Perrot
Adjoint : Joly
Conseillers : Merceret, Roy, Brandon, Languignier, Provost, Duprilot, Gauthier, Michel, Provost, Cottard.
Secrétaire de Mairie : Roblin
Garde champêtre - Afficheur : Frébault
Instituteur : Roblin
Ecole libre filles : Soeurs
Curé : Rémond.
Notaire : Perrot


Professions
Agriculteurs : Gauthier, Buisson.
Assurances : Provost
Aubergistes : Provost-Loisy, Devaux Lorival.
Boulangers : Provost-Loisy, Bourcier.
Bouchers : Sautereau-Lagrange, Sautereau-Pâtureau, Tuloup.
Briques et tuiles : Petit
Carriers : Lorival, Seguin.
Chapelier : Brandon
Charcutiers : Sautereau-Pâtureau.
Charpentier : Huet
Charrons : Gaulier, Thibaudat.
Chaudronnier : Boudet
Chaux : Petit
Cordonnier : Deygoux
Couvreur : Billebault, Fèvre, Desgrange.
Entrepreneurs : Lorival, Seguin, Cottard.
Epiciers-Merciers : Provost-Loisy, Brandon, Sautereau-Pâtureau, Sautereau-Lagrange, Minot.
Maréchaux : Sautereau, Ferreyrol, Frébault, Provost.
Meuniers : Provost, Pescher.
Modiste : Mme Roudier
Nouveautés : Brandon, Roudier.
Sabotiers : Dufour, Mirault, Berland, Chaumereuil.
Sellier : Moreau
Tabac  : Provotat
Tailleurs : Seguin, Bocquier.
Vignerons : Brandon, Joly, Roudier.


Répartition des familles dans les hameaux
Les GUILLEMENOTS -- Gaulier, Prilot.
Les QUOYS -- Veuve Briat.
Le MONT -- Gaulier, Seguin.
MACHIGNY -- Languignier (château), Gauthier, veuve Gale, Provost.
La FORET -- de Toytot (château), veuve Bourry, Adam.
NANTON -- Veuve Ponceau, Gaulier.
NANTON-BELLEVUE -- J. Ponceau.
Les BILLEBAULTS -- L. Provost.
Le BOUTOUX -- T. Provost.
MANTELET -- G. Ponceau, Cottard, Duprilot, Lemoine.
MEARD -- Dorlet, Roussillon.
Le GRAND-MOULIN -- Pescher.
La BROSSARDERIE -- Duprilot.
Les PELES -- Frébault, Chaumereuil, Minot.
La MOTTE -- Frébault, Joly, Thévenard, Chaumereuil.
FORGES -- Roy, Thévenard, Michel, Provost.
Les FREBAULTS -- Roussillon, Provost.
Les BLINS -- Bouteau, Desnoyers.
Les BOURBONS -- Provost, Prilot.


Evolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
922 837 692 947 932 966 966 1 021 1 083
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 061 1 067 1 110 1 069 1 086 1 105 995 928 918
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
814 817 740 610 612 561 491 519 447
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2013
432 405 330 338 407 433 469 469 453 436


Accés aux cartes postales de Saint Sulpice

Accés aux images actuelles de Saint-Sulpice

A voir :

Prieuré à Saint Sulpice

  Église Saint Sulpice (XIIe - XIXe siècle)


L'église est de style roman. De l'ancienne église du prieuré, Il ne reste que le transept surmonté d'une tour centrale octogonale, devenue tour de façade. Lors de sa reconstruction, entre 1890 et 1893, la nef néo-gothique a été édifiée à l'est du transept, sur l'emplacement de l'ancien chevet, alors que la précédente nef se trouvait à l'ouest.
Le clocher fut bâti à la fin du XIXéme par les Bénédictins de La Charité, en même temps qu'un monastère dédié à Saint-Sulpice, Archevèque de Bourges.
Haut de 31 mètres, de forme octogonale, et surmonté d'une croix en fer de 3 mètres, il a 2 étages séparés par un petit cordon de style Roman-Byzantin. Sa circonférence au dessus de la voûte est de 20,2 mètres.

Cet édifice abrite :
- Le tombeau du Comte Jean Berthélemot de Sorbier.
- Le bénitier en bronze est en forme de mortier et souligné par des bandes circulaires.
- Une sculpture en bois polychrome, Le Baptème du Christ.
Il paraît que pour sa construction, l'échafaudage fut constitué par un monticule de terre, rapportée au fur et à mesure de l'érection des murs, et que cette terre fut ensuite employée pour combler le terrain et constituer ainsi une rampe d'accès à l'église.


Le Comte Jean Barthélemot Sorbier (1762 - 1827)
Né à Paris, le 16 novembre 1762, ce camarade de garnison de Napoléon 1er participa à toutes les guerres de la Première République et de l'Empire ; d'abord Premier Inspecteur Général de l'Artillerie en 1813, puis Général de Brigade en 1797, il devint Général de Division de la Grande Armée Napoléonienne en 1800, Comte d'Empire en 1808 et finit Commandant en Chef de la Grande Armée. En 1815, il représente la Nièvre à la Chambre des Cent-Jours. Exilé à Cognac, il retourne ensuite à St-Sulpice et en devient Maire.
Il résidait au Château de la Motte, où il décéda en 1827.
On a donné son nom à une rue de Nevers, (quartier des Montapins) et de Paris (quartier du Père Lachaise - XXéme).


La Motte à Saint Sulpice

  Le Château de la Motte (XVII-XVIIIe siècle)


Composé d'un pavillon rectangulaire sans doute construit au XVIIe siècle, sur l'emplacement d'un château féodal, on lui ajouta une aile au siècle suivant.
L'ensemble est entouré de douves sur 3 côtés seulement. C'est Paul-Bernard de Lavenne, Comte de Choulot (1794-1864) qui en dessina le parc, au milieu du XIXe siècle.
La propriété passa tour à tour entre les mains des familles De Lores du Moux, Flamen d'Assigny, de Sorbier, (cédé par Jean Claude Flamen d'Assigny installé au château de Sury qu'il avait acheté, avec les fermes qui en dépendaient, le 5 juillet 1784, en même temps que la propriété de la Motte) puis de Savigny de Moncorps.


Granges à Saint Sulpice

  Maisons/ Fermes/ Granges/ Etables (XIXe siècle)

Dans le hameau « La Brossarderie », on trouve notamment un porche du XIXéme. Cette construction avait une double fonction : porte d'entrée d'un domaine à cour fermée, sa partie supérieure abritait aussi un pigeonnier.


La Forêt à Saint Sulpice

  Vieux château de la Forêt (Le Logis) (XIe siècle)

Dans le hameau « La Forêt », le comte Hugues de Montigny (vicomte de Nevers) construisit ce château en 1010.
Il devient également la propriété de :
- Baptiste Claude Languinier, (1731-1811), notaire royal, arpenteur des Eaux et Forêts de la maîtrise royale de Nevers, député pour le Tiers-État aux Etat-Généraux de 1789.
- Jean-François Languinier, (1762-1829), avocat et juge au Tribunal civil de Nevers, (également propriétaire du château du Tremblay à Chaulgnes).
- la famille de Toytot.
Il en subsiste encore plusieurs tours de nos jours.


La Forêt à Saint Sulpice

   Château de Machigny (XIXe siècle)

Construit vers 1848 par Jean-François Languinier, (1762-1829), avocat et juge au Tribunal civil de Nevers, (également propriétaire du château de La Forêt sur la même commune et de celui du Tremblay à Chaulgnes).


Lavoirs à Saint Sulpice

  Les fontaines et les lavoirs (XIXe siècle)

- A « Mantelet » une fontaine protégée par une petite construction en forme d'arc de triomphe et son lavoir attenant à ciel ouvert, datent de 1827.
Aux « Pelés », existe un autre lavoir à ciel ouvert, délimité par 2 murets, et avec une coursive sur 3 côtés seulement ; une fontaine protégée par un petit édifice de pierre, en forme de chapelle, l'alimente.
- Autre lavoir, en bas du bourg, très bien protégé par un toit débordant et entouré de murets. Un peu à l'écart des habitations, son emplacement permettait de ne pas souiller, par les lessives, l'eau potable utilisée en amont.


A faire :

- Suivre une des randonnées balisées (un guide de 25 parcours au Pays des Amognes est disponible chez Randonièvre : 03 86 36 92 98),
- Faire étape ou passer ses vacances dans le gîte rural du "Château de la Forêt" (03 86 58 60 61)
- Rencontrer Henri Peyre et ses inventions en matière de ski et sports de glisse, cyclisme, paramédical, pêche à la ligne et jeux éducatifs : 03 86 58 68 60. Suivre la piste de ses "Pierres remarquables" ; une invitation passionnante au rêve et à l'interprétation du monde minéral.
- Découvrir la poterie d'art d'Anne Susuki,
- Pêcher dans l'étang communal,
- Participer à la Fête de la Saint-Clair, le dernier Week-End d'Août.


Présentation des associations de Saint-Sulpice

Village de Saint Sulpice

  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.