CSDU

Magazine

Photos

Amognes

La fin des sacs en plastique !


Trier, voter écolo, manger bio, militer alter-mondialiste...
C'est déjà prendre conscience et réagir ! Mais est-ce vraiment suffisant ?
Notre réel pouvoir est celui du consommateur, car il s'incrit dans une logique économique,
seul moteur capable de peser significativement aux yeux des fabricants et distributeurs de biens !
Utilisons-le sans réserve !



Il faut considèrer le remplacement des sacs plastiques par des alternatives écologiquement compatibles, comme la seule solution acceptable et viable à long terme, pour lutter efficacement contre le danger qu'ils constituent, tant dans la phase de leur production, que dans celle de leur recyclage, ou de leur abandon en milieu naturel.

En effet, face au fléau des sacs de caisse retrouvés dans la nature, et à la masse de chore (et autres produits toxiques) que leur incinération rejette abondamment dans l'atmosphère, chacun est co-responsable de leur prolifération. Il existe pourtant des alternatives écologiques pouvant leur être substituées. Ce choix répond au principe de réduction des déchets à la source et de prévention des pollutions.

Si décidemment, le consommateur ne peut se passer de ces "pochons" distribués généreusement à la sortie des caisses de presque tous nos supermarchés, adaptons-les à une substitution de matière dans leur fabrication. Les alternatives constituées de matériaux écologiques, facilement recyclables sont une chance pour les agriculteurs, puisqu'elles permettent de valoriser les produits de cette filière et donc économiquement leur travail (fibres végétales).

A cet égard les américains, que beaucoup se plaisent à présenter comme des "voyous écologiques", ont depuis déjà trés longtemps, fait le choix du sac papier en sortie de caisse ! Sommes-nous donc bon qu'à donner des leçons d'écologie aux autres, sans être capable d'appliquer des mesures qui ne relèvent que du plus élémentaire bon sens ?

Mais nous pouvons aller plus loin, et partir du principe que ces sacs ne sont pas forcément indispensables. Un bon cabas, comme celui utilisé par nos grand-mères, ou d'autres types de contenants encore à inventer : jolis, pratiques, personnalisés, mais surtout réutilisables permettrait à notre planète d'aller un peu mieux...

Et puis surtout, sachons résister à la mauvaise habitude d'enfourner systématiquement tout ce que nous achetons, même s'il s'agit d'une babiole, dans un sac plastique et osons en être fiers devant les caissières et les autres clients de la file ! Nul doute que ces comportements, finiront par alerter les distributeurs, qui tiennent tellement à coller aux désirs de leur clientèle !

Militer en bonne compagnie, dans la chaude ambiance de congrès et autres manifestations de masse, est utile mais reste insuffisant.
Seuls au final, des changements dans nos comportements individuels de consommateurs, amèneront à de vrais progrès.
Ne perdons jamais de vue non plus, que chaque parent, reste le modèle de référence pour ses enfants, et qu'ils deviendront pour l'essentiel les citoyens que nous aurons imprégnés par nos pratiques plus que par nos mots...

Paul de Haut.