La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
SAINT FIRMIN

Infos Mairies

C. Postales

Magazine

Photos

Histoire et tourisme à Saint Firmin

Page rédigée par : Paul de Haut, Augustin Vagne, L.M Poussereau, Bernadette Bourgeois.

Ce patrimoine commun étant le vôtre, toute précision complémentaire sur votre commune sera accueillie avec intérêt

Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Jean aux Amognes, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy.

Saint Firmin

Altitude : 336 m
Superficie : 1041 ha
Population : 136 habitants appelés les Saint-Firminois ou Saint-Firminiens
Arrosé par : l'Ixeure.
Gare de Saint Firmin distant de 5 km de St-Benin d'Azy et 21 km de Nevers par chemin de fer


Hameaux et lieux-dits :

Le Bourg, Bligny, Sept Voies.

Origines :

C'est la Paroisse de St-Firmin, érigée en 1021, qui donne son nom au village.
En 1025, elle est mentionnée sous le nom de Buciacus.


Saint-Firmin
"Le saint aux fourmis" est invoqué contre les picotements, les fourmillements (les "fermillements" en parler local).
Il est né à Pampelune en Navarre (Espagne) à la fin du 1er siècle.
Prêtre à 24 ans, il est canonisé après les témoignages d'une multitude de miracles.


On en trouve trace dans les registres de la commune de Montaron en 1541, sous les noms de "Saint-Fermain" et "Saint-Fremin"
Selon "de Soultrait", Saint-Firmin portait les noms de "Firmini" et de "Saint-Fremin" en 1650.
Sous l'Ancien Régime, la seigneurie appartient aux familles de Boiserand et d'Ancienville.


Famille d'Ancienville
Le 29 octobre 1513 Guillemette d'Ancienville se marie avec Gilles de Vaudray - seigneur de Saint Phalle
1547 : Claude d'Ancienville devient veuve de Philippe de Boisserand.
le 22 mai 1592 : Magdeleine d'Ancienville s'allie à Robert de Berzeau, baron de Moulins, gentilhomme.
Suzanne d'Ancienville - dame de Venteuil - donne le titre à Scipion de Berzeau, son cousin germain, Baron en 1629.
1635 : Louise d'Ancienville épouse Achille de la Grange d'Arquian ; elle est marquise d'Epoisse, comtesse des Bordes, de Bourgogne, dame de Saint-Firmin de Bussy.
Le 29 décembre 1690 : Anne de Nerville se marie à Adrien de Bongard, décédé à Saint Firmin.
Le 3 mars 1692 : baptême de Françoise Moreau à Saint-Firmin (parrain : François de Migni et Marguerite Bongard (il s'agit de "De Maumigny").
Le 8 mai 1692 : décès de Anne de Migni, épouse de Adrien Bongard, gendarme du Roy à Saint-Firmin.
Le 13 janvier 1693 : mariage de Laurence de Limoge (extrait d'une minute) témoins : Elisabeth de Bongard, Eustache de Bongard, Louyse de Bongard.
Le 16 juillet 1687 le seigneur de Valotte fournit dénombrement pour sa terre de Lancray qu'il vend à Guillaume et Etienne Desprez.
Le 7 octovre 1694 : décés de Catherine Després.
le 1er juin 1702 : Charles Desprez, seigneur de Brozeaux, vend à sa soeur Marguerite son droit de dine de Saint Firmin de Bussy (voir publications des frères Drouillet)
1739 (?) : Mort de Louis Desprez de Bussy marié à Françoise Brunet (décédée vers 1730).
Leur fille Françoise (née le 2 décembre 1718 à Tonnay - Charente) était mariée avec Pierre René de Charry.


La commune apparaît également en 1690 sur le registre d'état civil sous le nom de Saint-Firmin-de-Bussy.

Copie registre d'état civil de Saint-Firmin en 1690

En 1788 Jean Guyot était maître huilier à St-Firmin.

La commune prend également le nom de Firmin ou Firmin-de-Bussy ou Bussy-aux-Amognes pendant la période révolutionnaire, mais son curé (à l'instar de beaucoup d'autres) en était fort contrarié comme en atteste son commentaire en 1792, dans lequel il se considère comme un exilé de la France...

Commentaire du curé de Saint-Firmin en 1792

En 1901, on y comptait 309 habitants, dont une majorité d'agriculteurs, 2 cafetiers, un marchand de vin, un maréchal-ferrant, deux épiciers, un coquetier, un receveur buraliste.

Puis plus tard : un forgeron, un tisserand, un tailleur de pierre et une huilerie...

Mais vers 1970, toutes ces échoppes avaient fermé...
Par contre, il existait une vieille grange pas trés loin du lavoir, devenue une maison particulierement bien renovée en ce lieu dit "l'Huilerie".

Outre sa mairie, il y avait un instituteur et son école, qui ferma en 1972.

St-Firmin était planté par une grande quantité de vignes, puisque l'on fabriquait un "champagne" (*) aux Caves Chevalier.

(*) Cette appellation hors terroir délimité serait impossible aujourd'hui ; il convient de comprendre vin mousseux selon la méthode champenoise...


Joseph Chevalier est né à Ravaux (Nièvre) et épouse Jeanne Marceau en seconde noces à Billy Chevannes. Il s'installe d'abord comme marchand de bois en 1879 à Billy Chevannes, avant d'acheter deux fermes à Saint Firmin aprés 1886 (une au centre de Bligny et l'autre dans la rue en face de l'ancienne école) pour produire du vin.
Comme la terre s'y prête, le vin blanc pétillant est excellent et l'affaire se développe. Jeanne Bossu, Emilienne Bas et quelques autres sont alors employés au travail de la vigne pour fabriquer un champagne. particulierement à La Palisse.
Mais l'appellation "Champagne" était déjà protégée et cela valut un procés à Joseph Chevalier avec les producteurs de la région de la Champagne.
C'est ainsi que le champagne de St. Firmin devient "Grand Mousseux", et se distingue par un prix dans les années 1900 à St Benin d'Azy, Nevers, et même Marseille.
En témoigne ce buvard publicitaire édité à cette époque :

Buvard des vins Chevalier

Joseph Chevalier décéde le 21 janvier 1925 à Saint Firmin.


Aujourd'hui, les activités économiques principales exercées sur la commune sont la polyculture et l'élevage.

Etat des activités de la population en 1890 :
302 habitants
Maire : de Saint-Sauveur.
Adjoint : Vieux
Conseillers : Chevalier, C. Perrot, Huet, J. Guyot, J. Thomas, F. Mathieu, Marault, L. Lauvergnat.
Secrétaire de Mairie : Beaume
Garde champêtre - Afficheur : Commaille
Instituteur : Beaume.
Curé : Brandon.


Professions
Agriculteurs : de Saint-Sauveur, Petit, Save, Ch. Guyot, Duprilot, Turlin, J. Labonde, Moussy-Thomas, Lyon, Vacher, Renard, Lemaître
Aubergistes : Commaille, Guérin
Couvreur : Sed
Entrepreneur : F. Mathieu
Epiciers : Gaume, Mmes Commaille, Guérin
Huiles : Chevalier
Jardinier : Frébault
Tabac : Lauvergnat
Tissage du chanvre : Lauvergnat
Vignerons : Chevalier, Amelaine-Lauvergnat, Bramard-Marault, Commaille.

Principal propriétaire
F. Perret

Répartition des familles dans les hameaux :
BLIGNY (château) -- de Saint-Sauveur, Chevalier, Lasne.
SEPT-VOIES -- Morizot
.


Accés aux photos d'école de Saint-Firmin

Accés aux cartes postales anciennes de Saint-Firmin

Accés aux photos actuelles de Saint-Firmin


Ce village est le pays natal du poète Louis Simonet (1905 - 1929).

Né le 23 Mars 1905 à Sept Voies, ce fils unique d'origine paysanne, fréquente l'école communale de Saint Firmin, puis l'école complémentaire de Corbigny, comme boursier, avant d'être interrompu dans ses études par une tuberculose pulmonaire qui le fait revenir au foyer paternel. C'est alors que pour s'occuper il se met à la poésie. C'est sur les conseils de Louis Mathieu Poussereau, rencontré dans le Tacot (petit train local) en mars 1925, qu'il étudie l'oeuvre de Millien, qui lui servit de modèle pour ses essais poétiques.
Ses quelques oeuvres parues en 1929 dans « l'Année Nivernaise » révèlent un tempérament simple et sensible aux élans du coeur comme aux émotions calmes et prenantes inspirées par la nature. Son maître Achille Millien jugeait ses productions comme « une promesse de beau talent ». Sa santé s'étant améliorée et ayant obtenu à la suite d'un concours, un emploi dans les bureaux de la Trésorerie de Lunéville, il y reste près de 3 ans avant de revenir dans sa maison natale pour y mourir le 16 décembre 1929.
Pour lire quelques vers de Louis Simonet

A voir :

Paroisse de Saint Firmin

  L'Eglise Saint Firmin (XIe - XIIIe siècle)

Trônant au milieu du cimetière, l'église Saint-Firmin date de 1083 ; elle est terminée par une abside à pans coupés en cul de four ovoïde et possède un transept sans saillies qui était autrefois voûté sur croisée d'ogives, dont les retombées sont encore visibles. Ce transept et la nef sont maintenant plafonnés. La porte, datant de la fin du XIIIe siècle, s'ouvre sur un tympan tréflé, orné d'une croix fleuronnée. Les fenêtres et les contreforts ne sont pas d'origine. Elle est surmontée d'une grosse cloche, baptisée Caroline par le Vicomte de Saint-Sauveur (Maire de St-Firmin à cette époque), et qui porte des médaillons de saints et une inscription en lettres gothiques de 1555.
Le poète Louis Simonet est inhumé dans son cimetère.


Croix à Saint Firmin

  La Croix (fin XIXe siècle)

A partir du milieu du XIXe siècle, l'Église organise de nombreuses missions dans les campagnes afin de reconquérir des fidèles, que la Révolution a clairsemé. De nombreux prêtres parcourent les villages en prêchant les habitants. On trouve souvent des croix érigées suite à leur passage, marquant ainsi le territoire re-conquis par l'Église. Celle de St-Firmin, plantée Route des Sept-Voies, renferme une statuette de la Vierge.


Bligny à Saint Firmin

  Le Château de Bligny (XIXe siècle)

Son corps de logis principal est encadré de 2 tourelles carrées en saillie. Une salle supplémentaire, surmontée d'une terrasse, rompt son caractère symétrique. Les dépendances sont accolées au logis.


Monument aux morts à Saint Firmin

  L'Arbre de la Liberté

Il domine le monument aux morts.


Le lavoir à Saint Firmin

  Le lavoir (XIXe siècle)

La fontaine et le lavoir ont été restaurés.


A faire :

- Pêcher dans l'Ixeure.
- Suivre une des randonnées balisées (un guide de 25 parcours au Pays des Amognes est disponible chez Randonièvre : 03 86 36 92 98)
.

Village de Saint Firmin

  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.