La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
ENROLEMENT de FORCE de SOLDATS SECONDE GUERRE

Amognes

Magazine

8 mai 45

Histoire


Musée virtuel de la Résistance
et de la 2ème guerre mondiale

dans les Amognes & le Nivernais-Morvan

Le contexte général
La propagande Nazie
La propagande Alliée
Uniformes et équipement des troupes
Les armes
Particularités du Nivernais-Morvan
Les maquis du Nivernais-Morvan
La 2éme guerre dans les Amognes
Les préfets de la Nièvre pendant la 2éme guerre mondiale
Les chansons de 1939 à 1945
Le cinéma de 1939 à 1945
La journée du 4 septembre 1944 à St-Benin
Histoire du soldat Alojzy WENTA
Principales dates de la 2éme guerre mondiale
Timbres poste pendant la 2éme guerre mondiale
Météo pendant la seconde guerre mondiale
Exposition itinérante "Occupants, occupés"
Musées nivernais Résistance et 2éme guerre mondiale
Marcel Déat, ministre sous l'occupation
Commémoration de la Victoire Alliée
Bibliographie sur la Résistance

HISTOIRE du SOLDAT Alojzy WENTA
enrôlé de force dans l'armée allemande

Alojzy Wenta soldat polonais


Alojzy WENTA, est né le 30 juillet 1908 à Strzepcz (Pologne).

En 1937, il acquiert une boulangerie industrielle qu'il achète à un citoyen allemand qui repartait avec toute sa famille en Allemagne et vendait son patrimoine.
La boulangerie prospère bien et fournit du pain à tous les magasins de Rumia (pas loin de Gdansk) et des alentours.
Ils ont leur propre moyen de transport.


Le Livret d’Apprenti d'un de ses jeunes frères.
en bas duquel figure le cachet de son entreprise : « BOULANGERIE ALOJZY WENTA – Maître Boulanger, Rumia-Janowo, ul. Morska 7 ».


Il est mobilisé par l’Armée Polonaise le 1er septembre 1939, à la suite de l’agression de la Pologne par l’Allemagne hitlérienne (sa fille n'a que 2 ans lorsqu'il part au front).
Le même mois, quelques jours après le déclenchement de la seconde guerre mondiale et l'occupation de la Pologne par les nazis, l'ancien propriétaire sonne à la porte pour... réquisitionner la boulangerie d'Alojzy WENTA.

Au cours de la campagne de défense de la Pologne, il est capturé par l’armée allemande et déporté aux travaux forcés à Janowitz (Haute Silésie).
Ayant été surpris en train d’écouter la radio *, il a été déporté au camp allemand Stalag Luckenwalde


Sur la photo, on le voit à droite, en uniforme polonais ; sur le dos de celle-ci il a écrit : « A mon cher ami, en souvenir de la captivité allemande. Signé : Alojzy Wenta,  Luckenwalde, le 17 avril 1940. »



Là, il a probablement eu le choix entre le transfert dans un camp de concentration où l’envoi au front.
Il était courant que les Allemands donnent ce choix aux prisonniers polonais.
Alojzy a choisi le front – il comptait avoir ainsi plus de chances de survivre…

Il est mort probablement à Nevers après avoir été blessé le 4 septembre 1944 à Saint-Benin d’Azy.
L’ironie du sort est qu’il aurait été tué par un confrère boulanger.

* Alojzy Wenta était membre de l’organisation patriotique polonaise Polski Związek Zachodni, PZZ (Union Polonaise Occidentale), fondée en 1921, qui avait pour but de sensibiliser la population polonaise au sujet du danger existant pour les territoires occidentaux de la Pologne de la part de l’Allemagne.



La dernière information officielle dont nous disposons est le jugement du Tribunal de la Ville de Wejherowo dont voici la traduction.

Cachet :
Tribunal Municipal
de Wejherowo (Pologne)
réf. 3. Zg. 20/48
L’acte de décès a été établile 14 juillet 1949

DECISION

Fait le 13 mai 1948 ;

        Le Tribunal Municipal de Wejherowo, en la personne du Juge Kazimierz Krygowski, en présence du greffier N. Kopciewicz, suite à l’examen à l’audience tenue à huis clos le 23 avril 1948 de la demande de Mme Wanda WENTA demeurant à Rumia, ul. Morska n° 1, concernant la prononciation du décès de son époux Alojzy WENTA, domicilié en dernier lieu à Rumia, ul. Morska n° 1

décide :

  1. de déclarer que M. Alojzy WENTA né le 30 juillet 1908 à Strzepcz, fils de Léon et de Marta née Karczynska, est décédé,
  2. de considérer que la date de décès est le 4 septembre 1944 à minuit,
  3. de ne pas appliquer de frais de justice.

Motivation
        M. Alojzy WENTA a été incorporé dans l’armée allemande. Il a été blessé au front sur le territoire de la France, à Saint-Benin d’Azy, près de Nevers, le 4 septembre 1944. Le même jour, il a été à nouveau blessé au ventre à Nevers. Depuis cette date, il est considéré comme disparu.
        Malgré la publication de nombreux appels par voie d’avis, il n’y a aucun signe de sa vie. C’est pourquoi, le Tribunal a pris la décision ci-dessus, considérant que la date de décès ci-dessus est la plus probable (art. 18 du décret du 19.08.1948 – Journal Officiel de la République de Pologne n°40 par. 223).
        La présente décision a été prise sur le fondement du courrier de l’armée allemande, adressé à Mme Wanda WENDT, sur le fondement des explications fournies par cette dernière, de l’absence de réponse aux avis publics du tribunal et sur le fondement de l’art. 2 du décret du 29.08.1945 (Journal Officiel de la République de Pologne n° 40 par. 226).

Ppor. Krugowski,
Juge
La copie a été faite :
à Wejherowo, le 18 mai 1948

Sceau du Tribunal Municipal de Wejherowo
Un cachet partiellement illisible.

En 1945, après le départ des Allemands, sa veuve reprend son bien mais n'en jouit pas très longtemps.
En effet, les nouveaux envahisseurs communistes n'acceptent pas la propriété privée, et encore moins les entreprises privées.
C'est ainsi qu'en 1950, la boulangerie familiale est "nationalisée".
Elle fonctionnera durant toute la période du communisme en Pologne.
Madame WENTA la reprend pour la troisième fois en 1991.
Elle est toujours en activité et le vieux four est apprécié par ses nouveaux propriétaires...

L'histoire d'Alojzy WENTA est typique de ce qui est arrivé à de nombreux polonais de cette époque.


  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.