St-Benin

Magazine

Photos

Amognes

Jean Fourastié (1907 - 1990)


Voici la chronologie de sa vie et de ses oeuvres :


1907 Né le 15 avril, rue Nationale à Saint Benin d'Azy (Nièvre), d'Honoré Fourastié et d'Eulalie Mouly, la fille du percepteur de St-Benin.

Sa soeur Geneviève nait et meure la même année. Décès de sa grand-mère Fourastié et de ses deux grands-parents Mouly.

1914-1925 Effectue ses études primaires et secondaires au Collège de Juilly en Seine-et-Marne.
Voici un témoignage d'Augustin Vagne d'après les souvenirs de sa tante Jeanne Clair qui l'a connu quand il était jeune à Juilly :
"...Ses parents se sont installés à JUILLY, petit village de 500 habitants qui a la particularité d'héberger deux établissements d'enseignement secondaire privés dont la population est plus importante que celle du village lui-même.
Je partage avec Jean Fourastié le double privilège d'avoir fait mes études dans ce Collège et comme externe. J'habitais chez l'épicier Mr Ducrot (le père de ma tante) dont la famille était originaire de Rouy, Saxi-Bourdon et Billy-Chevannes.
Or le fils Mouly, Trésorier-payeur Général (l'hérédité !) et oncle de Jean Fourastié avait épousé une demoiselle Sauvage qui n'était autre que la fille de l'épicier qui avait précédé Mr Ducrot ! Le monde est petit.
Ce Mr Mouly est mort à Evreux renversé par une auto.
Les Fourastié ont été les premiers à Juilly à posséder un poste de radio.
Le jeune Jean était un élève extrêmement brillant qui est resté fidèle à son vieux Collège dont il a présidé pendant de longues années l'Association des Anciens Elèves.
Je me souviens maintenant l'avoir rencontré à une réunion d'anciens peu de temps après qu'il eut passé la main à un de mes copains de classe.
Un mot sur le Collège : à l'origine c'était une Abbaye.
C'est l'Abbé de Juilly qui a reçu l'abjuration d'Henri IV.
Antérieurement, Sainte Geneviève y a séjourné et la légende prétend qu'elle a fait jaillir une source qui porte son nom.
Louis XIII en a fait le premier établissement d'enseignement secondaire créé en France pour les jeunes gens de la Noblesse sous le nom de Collège Royal. Il a ainsi vu passer pendant près de 4 siècles une multitude de personnalités qui ont fait l'histoire de ce pays. La Fontaine y a écrit de nombreuses fables, Vaucanson a fait les essais de son canard automate sur l'étang, Montesquieu, Jérôme Bonaparte et bien d'autres.
"

1930 Il devient ingénieur des Arts et Manufactures.

1932 Décès d'Eulalie Fourastié, sa mère.

1933 Devient diplômé de l'École libre des Sciences politiques. Commissaire contrôleur, puis Commissaire contrôleur général des Assurances, jusqu'à son détachement en 1951.

1935 Le 12 septembre, il se marie avec Françoise Moncany de Saint-Aignan.

1936 Devient Docteur en Droit. Sa thèse est publiée chez Dalloz.

1937 Naissance de sa fille : Jacqueline.

1939 Naissance de son fils Jean-Pierre. Mobilisation. Évasion.

1941 Est chargé du cours d'Assurance au Conservatoire National des Arts et Métiers.
Naissance et décès de son fils Jérôme.

1942 Première édition de : « La Comptabilité », collection"Que sais-je ?"

1943 Naissance de son fils Vincent et décès de son père, Honoré Fourastié.

1945 Publication de « l'Économie Française dans le Monde ». Jean Monnet l'appelle au commissariat au Plan, d'abord comme chef du service économique, puis comme conseiller économique.

1947 Professeur à l'Institut d'Études Politiques (jusqu'à sa retraite).

1948 Vice-président du Comité des questions scientifiques et techniques à l'O.E.C.E.

1949 Publication de : « Le grand espoir du XXe siècle ».

1951 Devient Directeur d'Études à l'École Pratique des Hautes Études (jusqu'à sa retraite). Président de la commission de modernisation de la Main-d'ouvre du Commissariat au Plan (pendant quatre plans successifs).

1954 Président du groupe de recherches de la C.E.C.A, sur les conditions et les conséquences du progrès technique dans la sidérurgie.

1957 Est nommé Expert des Nations Unies auprès du gouvernement mexicain et de la commission économique pour l'Amérique Latine. Est élevé au grade d'Officier de la Légion d'Honneur.

1960 Professeur au Conservatoire National des Arts et Métiers, titulaire de la chaire d'Économie et Statistiques Industrielles.

1961 Devient membre du "groupe de travail 1985" du Commissariat général au Plan. Publication de : « La grande Métamorphose ».

1965 Publication de : « Les quarante mille heures ».

1966 Obtient en Belgique le Prix de la Fondation Émile Cornez ; devient éditorialiste au Figaro. Publie : « Les conditions de l'esprit scientifique ».

1967 Publication d'un : « Essai de morale prospective ».Anime jusqu'en 1968 : les "Quarts d'heure" mensuels à la Télévision Française.

1968 Est élu à l'Institut de l'Académie des Sciences Morales et Politiques, où il remplace Robert Garric.

1970 Publication de : « Lettre ouverte à quatre milliards d'hommes ».

1974 Publication de : « Comment mon cerveau s'informe ».

1976 Est nommé membre du « Comité de Jérusalem ».

1977 Publie : « Le long chemin des hommes ».

1978 Publication de : « La réalité économique ». Il prend sa retraite et obtient, la même année : le Prix de la Vie Économique (avec sa fille Jacqueline).

1979 Reçoit le Prix « Paul-Louis Merlin » de la Fondation de France. Devient Président de l'Académie des Sciences Morales et politiques. Publication de : « Les Trente glorieuses ».

1981 Devient président de la commission administrative centrale de l'Institut.

1983 Publication de : « Le rire, suite ».

1986 9 décembre : Il reçoit des mains d'Alfred Sauvy, la Grand Croix de l'Ordre National du Mérite.

1987 Publication de : « D'une France à une Autre, Avant et après les trente glorieuses ».

1989 Réédition du « Grand Espoir du XXe siècle », collection Tel. Gallimard.

1990 Décède le 25 juillet à Douelle dans le Lot.