Menus Festifs

Fête Pères

Magazine

Traditions

Fête des mères

Fête universelle s'il en est, la fête des mamans nous concerne tous, car si tout le monde n'a pas d'enfant, chacun a forcément une mère !
Nous sommes tellement habitués à ce qu'elle fait pour nous, que cela nous paraît normal. C'est peut-être l'occasion de se rappeler que donner la vie, la veiller, l'entretenir et la protéger ne va pas de soi, et que cela demande beaucoup d'amour et de sacrifices pour une maman !
Pour rompre avec les sempiternels colliers de nouilles, confectionnés avec une régularité d'inspiration propre à trop d'instituteurs du primaire, accompagnés par le syndical poème à trois sous, annoné par ces chères têtes blondes, nous vous proposons de sortir des sentiers commerciaux habituels pour vous intéresser à cette tradition :


Origines :
Dans la Grèce Antique, il existait déjà des rites printaniers à Rhea, mère des Divinités, la trace d'une célébration particulière en l'honneur de celles qui ont donné la vie. C'est ainsi que la première mère qui a été fêtée en Phénicie puis dans l'empire romain, fut Cybèle, génitrice des dieux.
Ils célébraient les "Matraliae" (les mères) au mois de juin. La fête durait du 15 au 27 mars, on offrait à la déesse des gâteaux au miel, du vin et des fleurs...
Ce culte a été abandonné au IVème siècle après JC.
Au fil du temps, les fêtes païennes se sont transformées.

Abandonnée pendant plusieurs siècles, c'est en 1872 aux USA, que l'auteur Julia Ward Howe écrit les paroles de l'hymne de la bataille du Jour de la République, pour célébrer la paix. Elle organise alors chaque année une journée des mères à Boston. C'est elle qui la première suggére que les Etats Unis consacre un jour pour honorer les mères mais personne ne prend au sérieux son initiative.

Une autre américaine : Anna M. Jarvis, institutrice de profession, ayant perdu sa mère le second dimanche du mois de mai 1907, entreprend une démarche auprès des autorités de l'Etat de Virginie, pour célébrer un service religieux en l'honneur de toutes les mamans à cette occasion. L'année suivante, la première Fête des Mères est instituée à Grafton, où vit Anna Jarvis, et son usage se répand bientôt dans toute la Virginie.

En 1914, c'est Woodrow Wilson, Président des Etats-Unis qui institue le second dimanche de mai comme journée de fête officielle en l'honneur de toutes les mamans. Puis en 1917, les soldats américains, participant à la première Guerre mondiale, exportèrent ce "Mothers Day" en Europe, en même temps que le jazz.

En France
D'abord imaginée par Napoléon, c'est finalement en juin 1918, prenant exemple sur les soldats Américains, que les Français célébrent la première fête des Mères. L’Alsacien Camille Schneider lutte plusieurs années pour implanter cette tradition dans sa région. Puis le 19 décembre1920, le Ministre de l'Intérieur crée par arrêté "la première journée des Mères de famille nombreuse". Dès cette époque, les instituteurs alsaciens, matérialisent l'évènement en proposant à leurs élèves de fabriquer un petit objet, à écrire un compliment pour honorer leur maman une fois l’an.
Cette reconnaissance officielle n'est au départ qu'un moyen de propagande pour la politique nataliste en vigueur : il fallait repeupler au plus vite un pays exsangue de ses jeunes gens tombés dans les tranchées et sur les champs de bataille.
La fécondité est alors érigée en vertu civique. Cette aspiration, puissamment relayée par un courant patriote, fut officialisée en 1926 par un décret reconnaissant cette fête uniquement pour célébrer la qualité de Maman (même sans enfant).
Sous le Gouvernement de Vichy, le 25 Mai 1941, le Maréchal Pétain institue définitivement "la journée nationale des mères". Mais c'est en Mai 1950, sous la Présidence de Vincent Auriol, que cette fête laïque devenue très populaire, est instaurée officiellement (Loi du 24 Mai 1950 - N°50.577).

Sous le Général de Gaulle, la fête des Mères est fixée définitivement au dernier dimanche du mois de Mai. Depuis, tous les élèves de France et d'Amérique du Nord préparent de menus objets destinés à leur maman, complotent entre eux et jubilent à l’idée du bonheur qu’ils imaginent provoquer chez elle.

C'est encore l'occasion pour les élus de remettre des médailles aux mères de familles nombreuses :
- médaille d'or : huit enfants et plus.
- médaille d'argent : pour six ou sept enfants.
- médaille de bronze : pour quatre ou cinq enfants.

Elle a lieu aujourd'hui le dernier dimanche de mai, sauf si ce dimanche est celui de la Pentecôte, auquel cas elle a lieu le dimanche suivant.

Depuis, de nombreux pays se sont calés sur le modèle américain et célèbrent la Fête des Mères le second dimanche de mai (Belgique, Suisse, Italie, Allemagne, Turquie, Danemark, Finlande...)
Mais la Fête des Mères n'a pas toujours lieu à la même date dans tous les pays.

En Allemagne
Ce jour-là, les mères ne travaillent pas, leurs tâches étant assumées par leurs enfants. Au delà des cadeaux traditionnels, c'est une manière de rendre hommage à leurs multiples dévouement quotidiens, de prendre en charge à leurs places tout ou partie de la cuisine, la lessive, le ménage ou le repassage. Cette Fête ("Muttertag") introduite en 1922 /1923, sous la République de Weimar est célébrée le 2ème dimanche de mai depuis. Les jeunes, moins attachés aux traditions, se contentent souvent maintenant d'un SMS, d'un coup de téléphone ou au mieux d'un bouquet de fleurs.

En Angleterre
Appelée Mothering Sunday, elle célébrée le quatrième dimanche de Carême, c'est à dire à la mi-mars environ.
Avant la réforme protestante du XVIème siècle, il était de coutume de festoyer le quatrième dimanche de Carême, seul jour autorisé, d'où son nom de Refreshment Sunday.
Mothering Sunday est devenu ensuite son nouveau nom.
Au XVIème siècle, les anglais fêtaient le "mothering day "(jour des mères), ne faisant peu à peu qu'un avec le "Mother Church's day", honorant l'Eglise. La plupart des employés travaillaient loin de leurs maisons. Le "mothering sunday" était un jour de congé pour le personnel de maison, qui pouvait ainsi rendre visite à leurs mamans.
La tradition veut que les filles préparent un gâteau de circonstance : le "mothering cake" ou "Simnel Cake" (provenant du mot simila qui veut dire en latin fine farine de blé). Ce gâteau est constitué de fruits secs et de 2 couches de pâte d'amande l'une au-dessus servant de garniture, et l'autre au centre. Il est décoré de 11 boules de marzipan pour rappeler les 11 fidèles apôtres du Christ (sans Judas). Il est parfois recouvert de violettes en sucre.
Le bouquet de fleurs offert est aussi une tradition toujours vivace à cette occasion.

En Belgique
Généralement le second dimanche du mois de mai. Cette fête, directement importée des USA, en a repris tous les éléments. Cependant, selon les régions, elle peut être fêtée à l'occasion du 15 août (fête de Marie), comme du côté d'Anvers.

Au Danemark
Célébrée là aussi le 2ème dimanche de mai depuis 1928, c'est l'occasion d'offrir des fleurs et des chocolats toujours appréciés.
On sort et on invite sa Maman au restaurant pour un repas familial traditionnel.

En Espagne
El dia de la Madre est toujours célébré le premier dimanche de mai. Cadeaux, invitation au restaurant pour un repas de famille... La cuisine lui est interdite...
Les restaurants leur offrent souvent une fleur à cette occasion !
C'est aussi la fête de la Vierge Marie et dans ce pays très pratiquant, les habitants ont l'habitude d'aller se recueillir à l'église et d'offrir des fleurs à la Marie, mère de Jésus.


En Hongrie
Très proche de la Tchéquie, au niveau politique, la Hongrie communiste fêtait les femmes aux mêmes dates et de la même façon ! A l'école, les enfants préparaient de petits présents, apprenaient des poémes révolutionnaires célébrant, là encore, les vertus révolutionnaires des femmes-militantes. "Mama" de Sandor Petofi (poète magyar du XIXe siècle, héros de la lutte patriotique en 1848-49) était le plus prisé dans ce contexte. Cette fête, trés encadrée était l'occasion d'assister en famille à des concerts, des pièces de théâtre révolutionnaires et des compétitions sportives.

En Italie
Célébrée comme ailleurs le second dimanche de mai, depuis les années 60. C'est bien sûr aussi l'occasion de fêter la Vierge Marie, reine des mamans, pour ce pays très catholique. Là encore, les instituteurs s'ingénient à faire préparer aux enfants de petites bricoles à offrir à leur Maman, et des poèsies à leur réciter.
Dans ce pays latin aussi, la Mamma est sacrée, et on la fête avec beaucoup d'affection !

En Tchèquie
La Révolution de Velours de 1989 (chute du communisme) a recalé cette fête sur la même date que des pays voisins (2ème dimanche de mai). Auparavant, les tchéques fêtaient uniquement la fête de la femme, pour ne pas dire de la militante communistes, le 8 mars. De plein pied dans l'Europe, les jeunes l'ont aussi rejointe dans ses traditions.


Bonne Fête Maman dans plusieurs langues
Allemagne : Herzliche grüsse zum mutertag
Angleterre : Happy mother's day
Autriche : Frohes fest mutti
Espagne: Félicidades mama ou Feliz Dia de las Madres
Finlande : Onnea äitienpäivänä
Hollande : Gelelicituud
Hongrie : Boldog anyák Nápját
Italie : Buona festa mamma
Norvége : Gratulerer med morsdagen !
Pologne : Wszytkiego nadjlpszego mamo
Portugal : Boa mamã
Slovènie : Vesel Dan Zena
Suéde : Grattis pa Mors dag !


P. de Haut