La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
CAPITULATION de METZ de l'ARMEE du RHIN 1870

Amognes

F.J Archer

Magazine

Photos

Le carnet de Jean Mirault
Souvenirs d'un soldat de l'Armée du Rhin
(Juillet 1870 - Juin 1871)

Par Jean Renard et Jean-François Lecaillon


CAPITULATION de METZ
par JEAN MIRAULT


Entre, soussignés, le Chef d'Etat Major Général de l'Armée Française sous Metz et le Chef d'Etat Major Général de Prusse devant Metz, tous deux munis des pleins pouvoirs de son Excellence le Maréchal Bazaine, Commandant en Chef, et son Altesse le Prince Frédéric-Karl de Prusse, les conventions suivantes ont été conclues :

Article 1er : L'armée française placée sous les ordres du Maréchal Bazaine est prisonnière de guerre.

Article 2 : Les forteresses de la ville avec tous les forts et matériel de guerre, les approvisionnements, et tout ce qui est la propriété de l'Etat où tout cela se trouve au moment de la signature de cette convention. Samedi 27 octobre à midi, tous les forts et la porte Moselle seront remis à la troupe prussienne. Le même jour, à 10 heures du matin, les officiers du génie avec quelques sous-officiers seront admis dans les forts pour recevoir les magasins.

Article 3 : Les armes, ainsi que le matériel de l'armée consistant en drapeaux, aigles, mitrailleuses, canons, chevaux et équipages de l'armée, caisses et munitions de guerre seront laissés à Metz et dans les forts pour être remis à des commissaires militaires institués par le Maréchal Bazaine. Les troupes, sans armes, rangées d'après leurs régiments et corps d'armée, seront conduites en ordre militaire aux lieux qui leur seront désignés pour chaque corps d'armée. Les officiers rentreront alors librement dans l'intérieur du camp retranché ou dans Metz, sous condition de s'engager sur l'honneur à ne pas quitter la place sans l'ordre du commandant prussien. Les troupes seront alors conduites par leurs sous-officiers aux emplacements des bivouacs.

Article 4 : Tous les généraux, et officiers ainsi que les employés militaires ayant rang d'officier qui engageront leur parole d'honneur pour ainsi de ne pas porter les armes contre l'Allemagne et de n'agir d'aucune manière contre ses intérêts jusqu'à la fin de la guerre actuelle ne seront pas faits prisonniers de guerre. Les officiers et employés qui accepteront ces conditions conserveront leurs armes et les objets qui leur appartiennent personnellement.

Article 6 ?: Les questions de détail concernant principalement les intérêts de la ville sont traitées dans une appendice, ci-annexée, qui aura la même valeur que le présent protocole.

Article 7 : Tous les articles qui pourraient présenter des ventes seront toujours interprétés en faveur de l'armée française.

Ban St-Martin, le 27 octobre 1780
Le Maréchal, Commandant en Chef
Signé : Bazaine

Circulaire explicative du Protocole
D'après le protocole ci-joint, les officiers qui accepteront sur la capitulation, conserveront leur épée ou sabre ainsi que tout ce qui leur appartient personnellement.
Il résulte que toutes autres armes que l'épée ou le sabre ne pourront être conservée et devront être versées à l'arsenal de Metz et munies d'une étiquette.
Par ces mots, ce qui leur appartient personnellement, il faut comprendre les bagages, les chevaux qui sont la propriété des officiers. En un mot, tout ce qui n'appartient pas à l'Etat.
Les officiers pourront encore conserver leur ordonnance réglementaire.
Les domestiques civils seront libres de rester dans leurs foyers.
Quant à la troupe, il est bien entendu que les soldats conserveront leur sac, toute couverture et marmite, c'est à dire leurs effets et objets de campement.

L'exécution des articles du protocole s'effectuera de la manière suivante :
La remise des armes se fera aujourd'hui et demain conformément aux prescriptions du No. 3.
Les grandes gardes resteront armées, à leurs postes, jusqu'à demain midi, heure d'arrivée de la troupe prussienne.
Elles devront alors se replier et se conformer à la circulaire du No. 3 déjà citée.
Resteront également armées, à leurs postes, jusqu'à demain midi, une compagnie par fort, y compris le fort de St-Privat, et un régiment de dragons qui occupe la place de Metz.
Demain matin, au réveil, les barricades des routes devront être enlevées et les routes mises en état de viabilité.
Demain, à 10 heures du matin, les grandes gardes devront laisser passer les détachements prussiens d'artillerie et de génie qui se présenteront pour aller dans les forts recevoir la livraison des magasins à poudre.

Commentaires
La capitulation du Maréchal Bazaine vient d'éprouver un coup terrible par le témoignage du Général Changarnier, déposé dans une lettre adressée de Bruxelles au Daily Telegraph Indépendance Belge du 20 décembre 1870.
(Voir la partie réservée à Bazaine jugé par ses pairs)

Jean Renard, transcrit par Jean Renard (2005)

Pour accéder à toutes les cartes postales anciennes de St-Benin

Pour accéder aux images actuelles de St-Benin

Pour accéder à une présentation des associations de St-Benin



  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.