La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
CSDU : nos QUESTIONS

CSDU des AMOGNES :
LE DOSSIER


Nos questions !

En préalable
- Pourquoi parle t'on de centre de stockage, alors qu'il s'agit d'un centre d'enfouissement, puisqu'il n'est pas envisagé de dé-stocker ?

- Pourquoi ce projet, déjà rejeté dès le début par plusieurs communes nivernaises, a t'il reçu de la part de nos élus un meilleur accueil dans les Amognes ?

- Pourquoi aucun de ces élus locaux n'a voulu annoncer ce projet, qu'a t'il d'inavouable ?

- Le choix d'avoir caché ce projet, forcément impopulaire, si longtemps n'est-il justement pas le seul moyen de forcer sa mise en oeuvre, sans laisser la possibilité à la population de réagir, dans les délais légaux ?


Sur le fond :

- Quelles ordures vont être stockées, n'y a t'il pas de risques de voir au fil du temps, s'étendre l'enfouissement à d'autres déchets moins « inertes » ?

- Quelle forme auront ces déchets ?

- Si ce type d'installation est vraiment indispensable, ne vaut-il pas mieux faire plusieurs centres d'enfouissement de plus petite taille autour de l'agglomération neversoise, plutôt qu'un seul ? N'en aurait-on pas un meilleur contrôle ?

- N'y a-t'il vraiment pas d'autres endroits géologiquement compatibles ?

- Qui nous garantira que nous n'allons pas, à terme, récupérer les ordures des départements voisins, puisque les nôtres sont exportés actuellement, l'inverse ne sera-t-il pas vrai ? Et comment le vérifier ?

- L'absence annoncée de nuisances, tant olfactives, chimiques ou de bruit au niveau des transports est-il vraiment conforme à la réalité ?

- Qui prendra en charge les dégradations ou les aménagements routiers nécessaires au transport intensif de ces déchet ?

- Quels sont les avantages de l'installation d'un tel centre et pour qui ?

- Quelles sont les garanties offertes et les moyens de vérification mis en place, et par qui ?

- Quelles vont être les retombées sur le développement du tourisme ?

- Quelles sont les retombées sur la culture et l'élevage locaux, cela ne va t'il pas anéantir les efforts importants de promotion d'une filière qualité mise en avant par les agriculteurs.

- Ce centre ne créera t'il pas une prolifération de rongeurs et autres nuisibles ?

- Que deviendra le site au terme de son exploitation, qui le surveillera et qui paiera ?

- Quelle est la logique de la construction de ce centre suite à l'investissement démesuré (financièrement, et en terme de potentiel de volume des déchets à traiter localement) que représente l'incinérateur de Fourchambault ?
- Comment justifier auprès des Amognards qu'après les efforts individuels consentis pour le tri sélectif (tri + transport particulier des déchets ménagers individuels vers les conteners de collecte) et l'augmentation de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (+ 22 % en 3 ans), ils devront en plus supporter les nuisances d'un centre d'enfouissement ?

- La taille internationale et l'importance du groupe « SITA-SUEZ », ajouté au côté très technique de ce type d'équipement, ne nous empêchera-t-il pas de savoir exactement ce qui s'y passe et ses conséquences sur l'environnement local ? (souvenons-nous du nuage radioactif de Tcherbobil, qui s'était "miraculeusement" arrêté aux frontières de notre territoire !)

- Quelles seront les autres nuisances potentielles :
  • Qualité de l'eau : Le captage AEP de Trailles est à 2 km, et approvisionne nos communes en eau potable (devra-t-on se satisfaire de dires d'experts pour continuer à consommer cette eau en toute confiance ? Pourquoi ce captage ne fait-il pas aujourd'hui l'objet d'une déclaration d'utilité publique (différents périmètres de protection) comme cela aurait dû être fait pour tous les points de captage depuis 1997 ? (CF le dernier rapport de la DDASS à ce sujet)
  • Répercutions sur le tourisme local : Il semble en effet difficile de concilier "l'image poubelle" avec la promotion des atouts naturels des Amognes : réhabilitation des sentiers de randonnées (réalisée par des bénévoles des communes), accueil en milieu rural (chambres d'hôtes, restauration...), efforts de communication pour développer les activités équestres, sports et nature...
  • Répercutions sur la circulation et pollution induite : Pourquoi la voie d'accès prévue, n'emprunte t'elle pas la D958 plutôt que la D978 ? (le dossier officiel du site avance comme un avantage de limiter les distances de transport en provenance du centre de tri sélectif de la ZA de Saint Eloi, or il est possible d'économiser 10.000 km de transport annuels [(60.000 tonnes / 18 tonnes par camion) x 3 km], soit 200.000 km sur 20 ans prévus d'exploitation... (cela représente tout de même quelques milliers de tonnes de CO2 en moins dans l'atmosphère et de matière fossile économisée...)

  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.