La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
LOUIS SIMONET

G. Blanchard

P. Vacant

Magazine

Amognes

Louis Simonet (1905 - 1929)


Né le 23 Mars 1905 à Sept Voies, ce fils unique d'origine paysanne, fréquente l'école communale de Saint Firmin, et y obtient son Certficat d'Etudes (au rang de premier du Canton de St-Benin d'Azy) sous la houlette de M. Thollé, son instituteur. Puis il use ses fonds de culotte à l'école complémentaire de Corbigny, comme boursier, avant d'être interrompu dans ses études par une tuberculose pulmonaire qui le fait revenir au foyer paternel. C'est alors que pour s'occuper il se met à la poésie.
Ses premiers vers sont largement inspirés de la mythologie grecque. C'est sur les conseils de Louis Mathieu Poussereau, rencontré dans le Tacot en mars 1925, et avec lequel il noue des relations suivies, qu'il étudie l'oeuvre d'Achille Millien, qui lui servira dorénavant de modèle pour ses essais poétiques.
Ses quelques oeuvres parues en 1929 dans « l'Année Nivernaise » révèlent un tempérament simple et sensible aux élans du coeur comme aux émotions calmes et prenantes de la nature.
Son maître Achille Millien jugeait ses productions comme « une promesse de beau talent ».
Sa santé s'étant améliorée et ayant obtenu à la suite d'un concours, un emploi dans les bureaux de la Trésorerie de Lunéville, il y reste près de 3 ans avant de revenir dans sa maison natale pour y mourir le 16 décembre 1929.

Voici quelques vers du poète de Saint Firmin :

A mon coeur


Puisqu'ici bas, mon Dieu, la vie est éphémère,
Puisqu'on arrive au soir en rêvant au matin,
Puisqu'à l'aube d'amour le coeur chante incertain
Et que son crépuscule est une plainte amère ;

Puisque la fleur naissante, en sa grâce première,
A des charmes plus beaux que la fleur qui s'éteint,
Puisque l'aile des vents emporte sa chimère
Quand l'homme se croit sûr et sourit au destin,

Ah ! Déteste, ô mon coeur, toutes les fleurs fanées,
Les belles dont le rire et l'éclat sonnent faux,
Que le Temps, dans sa course, effleure de sa faux ;

Mais préfère ces lis, naïves Dulcinées,
Où miroite un abîme immense de splendeur,
D'innocence, de grâce et de douce candeur !



A Achille Millien


Tous ceux qui vous aimaient ne sont pas morts, ô barde,
O chanteur glorieux des zéniths étoilés,
Des coteaux nivernais dont le souvenir darde
Son réconfort pieux au coeur des exilés !
Bien des yeux aux cités où le pas se hasarde
Se sont à votre nom subitement voilés !

Tous ceux qui vous aimaient ne sont pas morts, ô chantre,
Troubadour émané du pays nivernais
Où le "meneux de loups" naguère avait son antre,
Où tournoyaient jadis canettes et bonnets ;
Dans le coeur paysan, épris du sol, il entre
Un peu de votre coeur quand il lit vos sonnets !

Tous ceux qui vous aimaient ne sont pas morts ! Poète,
Au foyer dévasté des amis sont venus,
Courbant sur votre seuil leur grave silhouette,
Sur vos recueils de vers penchant leurs fronts chenus ;
Et, tandis qu'en l'azur s'élevait l'alouette,
Des jeunes gémissaient de vous être inconnus !

Tous ceux qui vous aimaient ne sont pas morts ! La Nièvre
A d'agrestes chanteurs au sein de ses guérets,
Grisés par la résine ardente du genièvre,
Enivrés des parfums de ses belles forêts ;
Leur mémoire redit la "légende du Lièvre"
Alors que dans la haie ils visitent les rets.

Tous ceux qui vous aimaient ne sont pas morts ! La France
Chérit avec orgueil ses enfants bien-aîmés
Aux moments de splendeur comme aux jours de souffrance,
Et ceux-là plus encore qu'elle sent animés
Du souffle de Minerve, - et vit de l'espérance
De moissonner les champs que vous avez semés !

Tous ceux qui vous aimaient ne sont pas morts ! Ravie,
Immortelle, planant sur Beaumont et ses bords,
Votre âme reverra, près d'une croix fleurie,
Vos disciples émus, leurs larmes, leurs transports...
Et les petits oiseaux, qui charmaient votre vie,
Diront : " Poéte aîmé, ceux-là ne sont pas morts ! "


Bibliographie :

Louis Simonet - L'année Nivernaise 1929 (Louis Mathieu Poussereau)

Anthologie des poètes Nivernais.



  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.