La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
N°14 du PETIT BENINOIS

Autres N°

Forum

Amognes

Associations

Le petit béninois

N°14 du 15 mai 2002


EDITO

Je vote, donc je suis ! P. de Haut, G. Buisson, D. Adam.

La vague des élections présidentielles est passée, avec ses 16 surfeurs !
Conformément à notre ligne de conduite, nous nous sommes abstenus de nous en mêler.
Quelques-uns, nous le reprochent, qui attendaient de nous le tri entre le bon grain et l'ivraie.
Ils n'ont sans doute pas encore compris que nous ne sommes pas conseilleurs, bien que payeurs au même titre que chaque citoyen-contribuable de décisions qui ne sont pas forcément les nôtres.
Issus de parcours et de sensibilités différentes, nous n'étions pas non plus d'accords entre nous sur le choix à faire entre le surfeur à la planche rose, verte, rouge, noire ou bleue.
La première manche a engendré son lot de surprises : on vit le favori chuter, pour ne pas avoir pris en compte l'immense vague de mécontentement qui enflait, et que la météo avait pourtant annoncée de longue date.
La seconde manche vit émerger un gagnant singulier : à la fois plébiscité comme jamais, puisque aidé par ses principaux adversaires, il se retrouva bien malgré lui à défendre l'existence même de la course, plutôt que ses propres couleurs !
Les législatives se profilent maintenant : au même exercice, s'emploieront à leur tour les sous-fifres pour mieux servir les Princes ; cette armée de marmitons, nous concoctera en fin de compte un modeste brouet au goût souvent amer ! Ce sont les limites de la Démocratie.
Triste constat, nous direz-vous ! Il n'en demeure pas moins qu'il faut voter, et faire voter ; même par protestation, même par désespoir.
Le suffrage universel est la fondation de toute démocratie. En raison de la non-reconnaissance du vote blanc, l'abstention est une remise en cause de notre citoyenneté.
Trop de gens se sont battus pour nous permettre de le faire, trop de sang a été versé pour oublier que ce droit est la pierre angulaire de notre République.
D'autres n'en ont pas encore le droit ; ne serait-ce que par égard pour eux, ne jetons pas aux orties cette liberté essentielle : celle d'exister !


La Tribune

La place des jeunes ! G. Buisson, P. de Haut

« Les jeunes ne s'intéressent pas à la politique et ne s'investissent pas dans la vie de la Cité ! » entend-on dire ici et là, dans la bouche des enfants de Mai 1968, qui ont depuis accédé au pouvoir politique et à celui de l'argent, s'y accrochant comme des chiens à leur os !

Mais laisse t'on une place suffisante à cette jeunesse, que l'on n'hésite pas à faire descendre dans la rue pour « voter avec les pieds », quand cela nous arrange. Les acteurs de la vie publique ont-ils vraiment envie d'associer ces futurscitoyens aux projets de notre société, de partager honnêtement et sans démagogie les décisions qui les concernent au premier chef ? Cela se saurait.

Pourtant, quel meilleur moyen de connaître leurs aspirations, leurs problèmes et donc leurs besoins en terme de structures culturelles, sociales ou professionnelles ?
Quel meilleur moyen de les intéresser à la gestion de leur commune, de les sensibiliser aux problèmes ou à la vie de leur village, de leur quartier ? De leur donner l'envie de construire plutôt que de détruire un monde duquel ils se sentent souvent exclus ?

Hé biennon ! La société actuelle préfère engager à grand frais, et sans résultats probants : des animateurs, éducateurs et autres médiateurs pour essayer de les comprendre, d'évaluer leurs besoins et le cas échéant de tenter d'y répondre.

En France, il n'y a qu'environ 1200 conseils municipaux de jeunes, soit environ 3 % des communes ! Alors, même si ce n'est pas réalisable facilement pour les petites communes comme la nôtre, n'est-il pas envisageable de faire entrer un minimum de jeunes dans les Conseils Municipaux.

Nous sommes persuadés que la Démocratie l'exige, pour le bien de tous ; n'attendons pas que le législateur l'impose sous forme de quota pour le mettre en oeuvre.


???????????? Réactions ????????????

Suite à notre dernier article, la Directrice de la Maison de Retraite nous a écrit pour tenter d'apporter des précisions sur « les CDD, les effectifs, la formation et un projet de rénovation en cours, concernant les conditions de vie des résidents. » Nous l'avons rencontrée depuis, pour lui faire part de notre connaissance précise et détaillée de ce que nous avançons. L'intégral de son courrier et tous les éléments du dossier figurent sur notre site Internet : http://beninois.free.fr

Nous avons demandé à consulter ce « projet de rénovation ». Malheureusement, ce dernier ne peut nous être transmis qu'avec l'accord de Madame Lereu. Nous attendons donc son bon vouloir !

Vos très nombreux témoignages nous indiquent que nous ne sommes pas les seuls à vouloir sauvegarder notre Maison de Retraite, mais nous attendons toujours une mobilisation suivie d'effets des élus locaux, pour que les réformes indispensables aboutissent et qu'un projet global de prise en charge des "troisième" et "quatrième" âge soit mis en oeuvre, car il est maintenant incontournable.


Remue-méninges

Quand la vérité met le poignard à la gorge, il faut baiser sa main blanche, quoique tachée de notre sang !
(Théodore Agrippa d'Aubigné - 1552-1630)

C'est le devoir qui crée le droit, et non le droit qui crée le devoir.
(François de Chateaubriand - 1768-1848)

L'ami de tout le monde n'est ami que de soi.
(Claude Aveline - 1901-1993)


Brèves de rue

* - Y paraît qu'au conseil municipal de l'aut'jour, 12 élus sur 13 ont regardé la pointe de leurs chaussures quand on a parlé des problèmes de la Maison de Retraite !
- C'est pour ça que j'veux pas vieillir. Fait pas bon être vieux dans les Amognes !

* - Tiens au fait, tu sais qu'on a plus de député depuis septembre ?
- Ah ! J'ai pas vu la différence.


Le coin du spécialiste

Gratin brûlé

Vous avez oublié dans le four votre gratin, préparé pourtant avec amour pour vos convives !
L'odeur et la couleur ne laissent aucun doute sur l'étendue de la catastrophe.
Retirez, délicatement la pellicule brûlée et versez sur le dessus de votre gratin quelques cuillères de crème fraîche ou de sauce Béchamel, parsemez de fromage râpé avant de remettre quelques instants votre plat au four.
Bon appétit !
P.V


Histoires de nos rues

Alphonse BAUDIN (1811-1851)

Né à Nantua en 1811, cet homme politique indissociable de la Seconde République, fit un court séjour dans l'Ain avant de s'installer comme médecin à Montmartre. D'après son passeport, il avait « une taille de 1,72 m, les cheveux châtains, le front élevé, la bouche grande, les yeux gris, le nez ordinaire, la barbe châtain, le menton rond, le visage ovale et le teint coloré ». À Paris, il est le médecin des pauvres, en contact quotidien avec le monde ouvrier dont il connaît la vie difficile, ce qui le conforte dans ses idées généreuses. Il fréquente sans doute les cercles politiques, et en juin 1842 adhère à la Loge maçonnique « Le Temple des Amis de l'Honneur français ».
Républicain dès son enfance, et représentant du Peuple à l'Assemblée en 1849, il milita pour « L'éducation nationale gratuite et obligatoire... l'organisation progressive du travail industriel et agricole..., l'abolition de l'esclavage, la liberté absolue des associations et de la presse... »
C'est encore Baudin qui, sous la dictée de Victor Hugo, rédige le premier manifeste : «Louis-Napoléon Bonaparte a violé la Constitution, il s'est parjuré, il est mis hors la loi ».
Il fut aussi l'auteur du texte d'une chanson patriotique : « L'astre français ».
En essayant d'entraîner les ouvriers parisiens contre le coup d'État de Louis Napoléon Bonaparte, il mourut à Paris sur une barricade au matin du 3 décembre 1851.
P.H

Equipe de rédaction : D. ADAM, G. BUISSON, P. de HAUT, F. ROMEFORT, A. VAGNE.


  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.