Forum citoyen

Une idée, une analyse, une brève de rue,
Une information locale à faire paraître,
Des réactions, des questions...

Cliquez sur l'oiseau,
Inscrivez votre message,
Cliquez sur Envoyer.

Sauf avis contraire, dûment mentionné dans votre courrier, celui-ci sera publié dans cette page !
Nous nous autorisons seulement à corriger l'orthographe, à supprimer les mentions trop personnelles, les injures et les propos diffamatoires. Le système informatique qui gère ce forum est conçu pour ne nous transmettre ni votre E-mail, ni votre nom.

Nous publions plus spécifiquement sur cette page les avis concernant ce site ou "les Amognes". Les autres courriers seront transmis à notre site partenaire : Mon-avis

Nous accueillons volontiers des collaborateurs (trices) bénévoles et/ou stagiaires (école de journalisme ou communication par exemple) sachant écrire, pour nous aider à développer de nouveaux dossiers thématiques (histoire locale, patrimoine, environnement...) ou animer le site. Indépendance et curiosité intellectuelle indispensables !

Il y a 1101 courrier(s) en ligne

[ Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 ]

Le 2017-09-16 posté par Coco :
Amateur ! T'es sans doute pas à St-Benin depuis si longtemps pour aligner des conneries pareilles. C'est sûr si tu passes ton temps au bistro avec des comme toi, t'as pas rencontré Paul souvent. Quand t'en auras fait autant que lui tu pourras peut-être l'ouvrir et pour commencer, si tu peux cracher ta bile sur ce forum c'est grâce à lui. Contrairement à toi il le fait à visage découvert. J'sais pas qui t'es et si t'es connu mais ça donne pas envie.

Le 2017-09-16 posté par Innocente :
Bonsoir ! Excusez-moi, je suis souvent ce qui est dis ici, et je n'ai toujours pas compris cette histoire de voiture noir et de culotte...

Le 2017-09-15 posté par zigoto :
C'est Clochemerle dans vos Amognes. Moi j'ai perdu ma femme, il me reste que la culotte, si vous la rencontrez prévenez moi, j'ai une voiture noire.

Le 2017-09-15 posté par Philomène :
On ne sert bien que ce que l’on comprend, dit-on ! Faux : on sert avec le même zèle ce qui rapporte gros.

Le 2017-09-15 posté par St beuh :
Oui notre Bebelle, on y trouvait de tout.

Le 2017-09-15 posté par Paul de Haut :
A Amateur : si c'est de moi dont vous parlez, déjà vous faites comme moi vous donnez votre identité, et on se rencontre. On met noir sur blanc ce que vous avez fait et ce que j'ai fait, et depuis quand, pour ou à St Benin et après on compte les points. OK ? Visiblement, nous n'avons pas les mêmes réseaux ni les mêmes intérêts, si vous ne me connaissez pas !
Pour ce qui est de Jérôme, vous avez raison, mais cela ne l'empêche pas d'être pris à parti régulièrement injustement et méchamment... Exactement comme vous le faites pour moi aujourd'hui. A vous lire et vous rencontrer.

Le 2017-09-15 posté par R.W :
«La bêtise est le plus souvent considérée comme une tare mineure. C'est une funeste erreur, car elle n’empêche pas l’accès au pouvoir et peut conduire aux pires excès.»

Le 2017-09-15 posté par jacques :
En effet Paul De Haut, nos élus ne sont pas très francs du collier : exemple madame Amiot claironne qu'elle est contre la centrale et lors de la réunion à St Benin, elle n'a pas dit un seul mot. Qu'elle ait le courage de signer la pétition ainsi que ses conseillers car elle prétend également que toute l’équipe du conseil de St Firmin est contre.

Le 2017-09-15 posté par amateur :
Je suis effaré de lire des commentaires de gens, qui ne sont en rien acteur de la vie de St Benin, qu'on ne voit à aucune manifestation, que personne ne connait sauf sur ce site, d'un seul coup aimer St Benin à ce point... Mr Tardivat qu'on aime ou qu'on aime pas, mais au moins il aime sa commune et est un acteur majeur de la vie Béninoise, donc sa démarche est justifiée...

Le 2017-09-14 posté par Paul de Haut :
Je suis triste de constater la surdité de Jean-Luc et de son conseil (puisqu'il le déclare rassemblé derrière sa position).
Une seule chose paraît prise en compte : le respect de conditions sur lesquelles il ne pourra obtenir aucune garantie dans les faits ! Le passage en force est sous-entendu.

Ne semblent en effet à aucun moment peser dans la balance :
1) Les risques sur la santé de la population, malgré le rapport circonstancié du docteur Benoit Quentin, qui présente toute qualification pour se prononcer sur le dossier ; il est vrai que ce type de risque n'est pas foudroyant, donc difficile à envisager pour qui n'est pas averti...
2) La dégradation des conditions de vie de la population riveraine au sens large, en terme d'environnement visuel, de bruits de concassage et de circulation, de poussières et d'odeurs... Ces nuisances, directement et immédiatement supportées par la population justifieraient pourtant à elles seules le refus du projet sur cet emplacement !

Je suis triste de constater que sur un dossier comme celui-ci, les clivages puissent encore se faire sur des paramètres politiques, la peur ou le courage de s'opposer à des élus, ou au vendeur du terrain, les inimitiés pour tel ou tel membre du collectif, plutôt que sur une analyse objective des avantages et des inconvénients du projet...

Je suis triste de voir une partie de la population qui compte sur les autres pour faire le nécessaire, encore et toujours...

Je suis triste de n'avoir vu à aucun moment les associations écologiques prendre position clairement et publiquement, alors que sur des projets largement moins impactant pour l'environnement et la santé, elles sont montées au créneau de façon très virulente...

Je suis triste d'avoir appris que la Communauté de Communes, seule compétente, avaliserait le résultat du vote du Conseil de Saint-Benin pour accorder la modification du PLU, et donc la poursuite du projet ; cette unanimité affichée est tout simplement effrayante et irresponsable.

Je suis triste enfin que la confiance que les électeurs ont placé dans leurs élus puisse être ainsi trahie.

Le 2017-09-13 posté par monique ranou :
Et à la mairie y'a une romancière... Qui écrit des livres de sketchs, des livres d'histoires, c'est plein de blabla.

Le 2017-09-13 posté par Paf le chien :
Nous aussi Zebu, nous avons la nôtre à Saint Firmin, mais en plus de vendre des casseroles, elle les collectionne !

Le 2017-09-11 posté par Zébu :
Oui St Beuh, et nous avons aussi connu une quincaillerie à St-Benin : on trouvait de vraies casseroles chez "la Bébelle Amiot'.

Le 2017-09-11 posté par St beuh :
Madame GRENOT, que de souvenirs cette boutique. Une gentille personne.

Le 2017-09-10 posté par pour info :
jdc de ce jour : BIEN ENROBÉ PAR JEAN-LUC GAUTHIER. Le maire de Saint-Benin-d’Azy l’affirme : tous les conseillers du conseil municipal sont sur la même longueur d’ondes au sujet du projet de l’usine d’enrobés qui pourrait s’implanter dans “sa” ville (notre édition de vendredi dernier). Il a tenu à préciser que les « discussions n’étaient pas vives » au sein du conseil, « mais qu’elles étaient constructives ».

Le 2017-09-09 posté par Docteur Benoît Quentin :
Médecin en chef (Colonel)
du Service de Santé des Armées.
Capacité de médecine d’urgence
Master 2 de santé publique : risques NRBC
Diplômé de l’enseignement militaire supérieur
Chevalier de la légion d’honneur
N° ADELI : 961034295
N° RPPS : 10003704789
N° FINESS : 750821092

Saint-Benin–d’Azy constitue mon berceau familial maternel depuis six générations. Si mon nom n’évoque rien à la plupart d’entre vous, en revanche les plus anciens se souviennent certainement de Mme GRENOT, ma grand-mère, qui tenait une épicerie puis l’unique mercerie du bourg.
J’ai décidé d’intervenir sur ce forum pour tenter d’apporter un bref éclairage technique en tant que médecin spécialiste des risques nucléaires / radiologiques, biologiques et chimiques sur le projet d’implantation d’une usine d’enrobé, à proximité immédiate de notre village. Il ne s’agit pas de s’opposer par principe à une tentative de développement tout à fait légitime de ce dernier mais bien d’analyser les conséquences possibles de ce choix notamment en termes de risques sanitaires pour la population de Saint-Benin et des hameaux environnants. Toutes les données sont d’ailleurs facilement vérifiables, tant sur les processus industriels de fabrication que sur la toxicologie des émissions associées à ce type de production.

De quoi s’agit-il ?
Il s’agit de construire une usine de fabrication d’enrobé de forte capacité destinée à alimenter le Sud Nivernais. Destinée à remplacer, dans la durée, les sites de production temporaires de Saint Eloi et de Corbigny, l’étude de cette implantation industrielle est déjà bien avancée au niveau local. L’emplacement retenu se situe le long de la D978 à la sortie du village près du lieu-dit de « Maison-Blanche ». L’usine serait construite en lisière de forêt, à environ 500 m d’un lotissement comprenant dans un proche avenir une maison de santé, et à un peu moins d’1 km de Trailles, lieu de captation des eaux alimentant Saint-Benin.

Processus de fabrication
Il fait appel à l’utilisation de bitume, résidus de raffinage du pétrole, comme liant associé à des granulats de taille variable. Cette production provoque l’émission par voie aérienne de plusieurs molécules volatiles dérivées du Benzène et regroupées sous le vocable « d’hydrocarbure aromatique polycyclique » (HAP) ainsi que d’autres polluants tels des métaux lourds. Les HAP sont des cancérogènes bien connus : leur liposolubilité, leur persistance dans l’environnement et donc leur possible transfert à la chaine alimentaire nécessite de contrôler et de réduire ces émissions au maximum conformément aux normes réglementaires.
Les nouveaux procédés industriels tendent, notamment par l’abaissement de la température de production, ainsi que par l’utilisation de filtres plus performants, à réduire autant que possible, sans pour autant les annuler complètement, ces émissions toxiques selon des normes préétablies censées protéger les travailleurs exposés et les riverains.

Faibles doses et durée d’exposition
Le point faible de ces normes, c’est qu’elles sont déterminées selon des protocoles dont la robustesse est insuffisante. Pour tout produit toxique, une valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) est fixée afin de protéger les travailleurs. Le problème n’est pas tant celui d’une exposition à des doses élevées dont la toxicité se manifeste rapidement sur l’organisme que celui d’une exposition répétée, quotidienne, durant de nombreuses années, même à de faibles doses et dont les effets sur la santé humaine et animale sont susceptibles de se manifester très tardivement.
Si la protection des travailleurs est bien réglementée, le principe qui prévaut pour la population est de limiter autant que faire se peut les expositions, qui n’ont aucune justification. Etablir des normes d’exposition fiables pour la protection des populations, nécessiterait des études longues, coûteuses, portant sur une cohorte très importante (plusieurs milliers de personnes pendant 10 à 20 ans).
Il en est de même pour tous les produits cancérigènes, notamment de la famille des HAP. Il n’y a pas d’effet de seuil établi scientifiquement, le risque étant purement statistique.
En gros, la plus petite dose répétée sur une longue durée peut produire un effet sur la santé contrairement à l’absence totale d’exposition : le risque est faible mais il n’est pas nul.
I s’agit également de maitriser les nuisances supplémentaires qu’apporterait cette usine d’enrobé, en arrivant notamment à quantifier le surcroit des produits générés dans l’atmosphère par rapport aux valeurs existantes. N’oublions pas qu’au-delà des HAP, il y a d’autres polluants qui vont être émis, se surajoutant les uns aux autres et dont les interactions sur le long terme sont également méconnues.

Choix du site d’implantation
La décision de construction d’une telle usine, dont les multiples conséquences s’inscrivent dans la durée pour les habitants de St Benin et alentours (la pollution de l’eau et de l’atmosphère qui sont envisageables ne constituent qu’une partie du problème), doit bénéficier d’une étude minutieuse mettant en balance les bénéfices escomptés face aux risques générés par cette usine. Il me semble que le choix du site est peu pertinent pour plusieurs raisons :
- La proximité des habitations. Le nuage de retombée qui a une forme circulaire en dessous de 1 m/s, prend la forme d’une plume allongée au-delà de 1m/s sous laquelle le bourg de St-Benin, sera exposé en cas de vent dominant soufflant de E/ NE ;
- La proximité des nappes phréatiques : les sources de captage en eau destinée à la consommation humaine sont à moins de 1 km. Même si l’usine doit être dotée de systèmes de rétention destinés à éviter toute pollution hydrique, la possibilité d’une fuite ou d’un accident industriel ne doit pas être écartée et doit être considérée comme un risque majeur pour lequel le principe de précaution, à mon sens, doit être appliqué. De façon plus insidieuse, l’eau de ruissellement chargera progressivement la nappe phréatique au cours des années avec les diverses retombées au sol évoquées ci-dessus, phénomène déjà bien connu avec les pesticides agricoles.

Conclusion
Pour toutes les raisons que je viens d’évoquer de manière succincte, mais dont je pense que la compréhension est primordiale pour une bonne approche du dossier, j’estime que le choix du site, si proche du village, n’est pas satisfaisant en raison de la proximité du site de captation d’eau et de la zone habitée, même si l’industriel garantit une construction et une exploitation conforme aux normes établies.

Le 2017-09-09 posté par jean bidou :
Ah la vie à la campagne... Son air pur... Sa qualité et espérance de vie... Mais ça c'était avant si j'ai bien compris. Bientôt nos oiseaux vont tousser, nos bambins vont faire des allergies et nos jardins vont être pollués. Va falloir créer un poste de médecin sur place.

Le 2017-09-09 posté par Bonarien :
Oh vous savez, l'environnement, la santé... Est-ce vraiment sa préoccupation ? Osez donc lui demander quel merdier il a enterré sous son projet à la ferme, en échange d'une plateforme "bon marché". Alors si lui prend sa part de déchets du département, ce n'est pas contre rien. En revanche, dans sa commune, les habitants devraient la prendre pour s'éviter une augmentation d'impôts (si j'ai bien compris).

Le 2017-09-08 posté par ml qui dit non à la centrale :
En réponse à Jérôme, nous aussi nous avons été abasourdis par cette présentation Bisounours, toute enveloppée de non-dits, d'hésitations, à se passer la parole, rien de carré de convaincant. Je ne pense pas non plus à l'incompétence de ces intervenants, mais je crois au fait qu'ils ont eu la quasi-certitude, sinon la certitude de nous endormir. D'ailleurs, si leur usine est telle qu'ils nous l'ont présentée, non polluante, sans nuisance aucune, alors pourquoi vouloir l'installer dans le coin le plus reculé du terrain, alors que sur le bord de la route cela semblait plus simple et pratique pour l'arrivée et le départ des camions. Nul besoin d'élargir la petite route, etc…Mais au fait, il doit rester des terrains dans la zone d'activité... Aussi parlons des camions, là les chiffres bougent au fur et à mesure des questions très pertinentes du public…Le nombre croît, croît. Le maire assure qu'aucun camion ne traverserait le bourg... Sauf... sauf s'il doit aller à La Fermeté, pourquoi pas Limon, Beaumont Sardolles, Trois Vèvres… par exemple, "enfin quoi, il ne faut pas être suffisamment idiot pour refuser qu'un poids lourd, passe alors par le bourg !" nous dit le maire. Qui va contrôler la destination des camions ? Y aurait-il un gendarme à chaque sortie de camion pour lui donner ou non l'autorisation de traverser St Benin ? Moralité, ils iront tous à la Fermeté etc... Mais pas de problème vu que d’après le représentant du GEN, bientôt les camions seront électriques ! Quant au JDC de ce jour, il a très bien retransmis les paroles du maire ; s'il y a des compensations financières, le projet sera voté… No comment ! Cela bien entendu au détriment des nuisances invoquées. N'oublions pas, que, outre les habitations proches, il y a Intermarché qui a quand même de gros doutes, la maison médicale, la maison de retraite non loin, etc… N'oublions pas également les écoles, comme l'a souligné très justement un habitant de St Benin, les parents ne sont pas toujours à la maison car ils travaillent, mais les enfants… A-t-on le droit de faire subir à ceux-ci ce que nous refusons nous de subir. Mais j'arrête sur ce point, car on nous l'a dit, la centrale ne pollue pas, elle n'aura d'avantages que les compensations financières. Concernant la géologie du terrain, nous avons tout d'abord été extrêmement surpris, puis nous avons compris que l'on nous prenait pour des débiles, lorsque, suite à l'intervention de Jérôme Tardivat, le représentant du GEN a avoué tout doucement le nez dans les chaussures qu'ils n'avaient pas d'information sur la géologie du terrain... alors que pour toute vente et même actuellement pour une location, il faut fournir un document relatif à la géologie dudit terrain ! Ce qui risquerait de se produire, sur ce terrain qui peut devenir glissant (hélas sans jeu de mots), c'est que, à force de faire circuler des poids lourds en nombre sans cesse croissant, comme il nous l'a été indiqué ! Que les engins de chantier, que le concasseur ou autres machines, tout cela pourrait provoquer des vibrations qui elles entacheraient la solidité du sol, et de ce fait pourraient entraîner des répercutions sur les sources. Messieurs, les "Je suis pour la centrale", avez-vous pensé à cela ? Peut-être que votre maison, ou votre ferme n'est pas alimentée par la source de Trailles ? Et pour en revenir à l'intervention d'une personne qui a donné comme argument "Je suis pour la centrale, il n'y a rien dans la Nièvre" etc…, pensez-vous qu'une usine qui emploie trois salariés, qui n'apportera aucune nouvelle embauche est susceptible de faire bouger les choses dans la Nièvre ? Même l'autoroute n'a pas été capable malheureusement de faire revivre le département au niveau économique et industriel ! Nous sommes dans un département rural, Mr Gauthier nous dit "quand nous n'entendrons plus rien nous serons morts" ; alors Mr le Maire, je préfère à St Benin entendre le chant des oiseaux plutôt que le bruit des poids lourds mais pas celui de la centrale, puisqu'elle n'en fait pas... Par contre j'aimerais bien entendre le bruit d'un marché, enfin un vrai une fois par semaine… Quant aux répercussions immobilières, n'en parlons pas, le sujet a été abordé, je connais des gens qui ont déjà l'intention de déserter le bourg… Maintenant c'est aux habitants qui sont conscients de ce problème, malgré le fait que nous ayons été pris pour des nuls, de se mobiliser au maximum pour que notre village n'ait pas à subir cette nuisance.

Le 2017-09-08 posté par Jérôme :
Abasourdi par la présentation qui nous a été faite du projet mercredi soir, il m'a fallu un peu de recul pour analyser la situation. Aucun chiffre précis, aucune analyse, aucun prévisionnel, ne se sont même pas posé la question de la géologie du terrain. Moi qui m'attendais à une présentation tirée à 4 épingles, on s'est retrouvé avec un truc tiré par les cheveux. Un film que j'ai déjà visionné disponible sur internet, quelques chiffres de leur production annuelle sur les dernières années, et une vue 3d avec des grands sujets plantés pour nous cacher la centrale, et 3 tas de cailloux permettant à l'usine de fonctionner 1/2 journée. Alors soit ce sont des incompétents (mais je suis persuadé que ce n'est pas le cas), soit ils nous ont pris pour des imbéciles... Ils disent ne pas vouloir stocker sur site un grand tas de fraisats mais nous disent en parallèle faire venir le concasseur une seule fois par an, cherchez l'erreur, il faudra donc stocker sur site 1 an de fraisats concassés et continuer à entrer la même quantité pour l'année suivante. Ils disent que c'est de la vapeur d'eau qui sort de la cheminée, ils réchauffent du recyclage déjà chargé en enrobé... Qui a déjà cuit du choux fleur sans que la vapeur sente : le choux fleur ? Jean Luc nous a dit avoir été voir 3 personnes, sur les 3, 2 d'entre elles ont révélé subir des nuisances olfactives. Il nous a garanti que s'il avait le moindre doute sur l'environnement et la santé des habitants, il ne voterait pas le projet, et en fin de séance affirmait que si ses demandes sont acceptées (compensations financières et traversée du bourg) et bonnes pour la commune, il voterait pour le projet. Laissant aux instances nationales la responsabilité de la santé et l'environnement. Les choses sont posées. Maintenant soyons clairs, si le dossier passe la phase communale, le reste suivra, ils l'ont dit : "nous ferons tout pour que le dossier passe". Alors à moins de vouloir finir en "dindon de la farce" je vous invite à signer et faire signer la pétition et devenir pour chacun d'entre vous les ambassadeurs d'une vie saine à St Benin d'Azy.



[ Page 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 35 - 36 - 37 - 38 - 39 - 40 - 41 - 42 - 43 - 44 - 45 - 46 - 47 - 48 - 49 - 50 - 51 - 52 - 53 - 54 - 55 - 56 ]

Pour consulter les courriers antérieurs au 28 octobre 2005