La Voix des Amognes vous parle de la Nièvre
Accueil
L'ALLEE DU ROI de Françoise CHANDERNAGOR

Revenir à la liste des auteurs et ouvrages traités

Chronique littéraire
de Marie-Françoise Lampin

Notre chroniqueuse vous parle de ses coups de coeur littéraires... et vous présente son actualité de l'édition.



Quel destin exceptionnel que celui de Françoise d'Aubigné.
Née le 26 ou 27 novembre 1635 dans la prison de Niort où son père Constant d'Aubigné était enfermé, elle deviendra « la veuve Scarron » puis Madame de Maintenon, pour finir l'épouse morganatique de Louis XIV.
Voici donc le récit de sa vie depuis la maison Saint-Cyr qu'elle fit bâtir, où elle se retira après le décès du roi, et où elle mourut en 1719.
Son enfance fut triste et sans amour. Sa mère la confia à Madame de Villette, une tante, puis elle partit vivre aux Antilles, et revint à Niort au couvent des Ursulines.
Etant née sans fortune, son avenir fut tout tracé ; elle rentrerait au couvent.
Mais ce fut à ce moment-là qu'elle fit la connaissance de Monsieur Scarron « rimailleur » de son état, qui la demanda en mariage.
Bien que ce dernier fut infirme et très àgé, elle préféra de loin le mariage au voile.
Chez Scarron elle fit la connaissance de personnalités parfois peu recommandables, de Ninon de Lanclos, et de nombreux soupirants.
A la mort de son époux, elle se retrouva sans famille et sans argent, dans le plus grand dénouement. Mais le « deuil lui allait à ravir ! ».
Quelque temps plus tard, elle fit la rencontre d'une certaine Françoise de Rochechouart-Mortemart, qui se faisait appeler Athénaïs ; comprenez Madame de Montespan favorite du roi.
Le 18 juillet 1668, Françoise d'Aubigné veuve Scarron fut présentée à la Cour.
La maîtresse du roi recherchant une femme compétente et surtout discrète pour élever les bàtards du roi dans le plus grand secret, Madame Scarron fut toute désignée pour cette charge.
Cette vie faite chaque jours de complots, d'adultères, d'extravagances lui déplut fortement, et ayant amassé de par sa charge une petite fortune, elle décida de vivre ailleurs qu'à la Cour, et acquît une terre à Maintenon.
C'est ainsi que le roi de plus en plus attaché à elle, et pour la remercier des services rendus, la nomma «Marquise de Maintenon », ce qui lui valut le surnom de « Madame de Maintenant ».
En effet le roi las des extravagances, des exigences et des colères de la belle Athénaïs, délaissa cette dernière pour la sage et austère Madame Scarron.
Après la mort de la reine Marie-Thérèse, dans le nuit du 10 octobre 1683, l'Archevêque de Paris unit le roi Louis XIV et Françoise d'Aubigné.
« Je me dis tout à coup que je ne pourrais pas monter plus haut. Alors, je commençai d'appréhender l'ennui. » Ils restèrent unis 32 années.
Durant son mariage, elle eut la satisfaction de réaliser un projet qui lui tenait à cour : un établissement où il serait donné un toit et une éducation à des jeunes filles de familles nobles ruinées, orphelines ou sans ressources, et élevées aux dépens du roi ; cela depuis l'enfance jusqu'à l'àge de 20 ans. Mais aucunement destinées à la religion.
Cela fut fait, la première pierre de la maison de Saint-Cyr fut posée le 1 er mai 1685, la construction, employant 2500 hommes, dura 15 mois.
Certes, ce livre n'est pas une actualité, mais gràce à son auteur, nous découvrons la vie peu connue de cette femme hors du commun, nous apprenons également ce qu'était la vie à la cour, à mieux connaître ce grand roi, sa sensibilité, ses amours, ses extravagances à lui aussi ; savez vous que Louis XIV donnait des noms aux carpes de ses bassins, tels que « Soleil d'or », « Mille Fleurs » « Aventurine » ou bien encore « Topaze », un jour où plusieurs carpes étant mortes, la nièce de Madame de Maintenon lui demanda : « ..mais qu'est-ce donc qu'elles ont toutes, ma tante ? », la réponse fut « je vais vous le dire, ma nièce. Elles sont comme moi ; elles regrettent leur bourbe. »
Après cela on peut imaginer ce qu'a du supporter durant toute sa vie, celle qui partie de rien, arriva au sommet de ce qui paraissait impossible, invraisemblable pour ceux et surtout celles qui la côtoyaient,et dont beaucoup n'hésitaient pas à l'humilier et lui rappeler ses origines et son passé...
Ce livre est un régal, très agréable à lire, très bien écrit ; Françoise Chandernagor a le don de raconter l'Histoire, et on a beaucoup de mal à quitter Madame de Maintenon si secrète et si attachante.
A lire absolument.

Titre
L'Allée du Roi
Auteur
Françoise CHANDERNAGOR
Edition
Julliard
Année
1981
Notation
notation nouveauté littérairenotation nouveauté littérairenotation nouveauté littéraire






  Nous Ecrire

Evénements

Liens

Statistiques
Partenaires :
Réalisation
& Régie publicité :
Copyright ©

Sitecom.biz





Ce site traite des sujets suivants : Amognes, courrier lecteurs Nièvre, expos nièvre, repair café des Amognes, cartes postales amognes, picture Amognes, châteaux Amognes, centre enfouissement amognes, politique Amognes, dossier environnement Nièvre, dossier enquête publique, dossier maison de retraite de St-Benin, dossier aide aux personnes dépendantes, communauté de communes des Amognes, communauté locale militante, démocratie locale participative Amognes, humour Nièvre, associations amognes, blagues 58, histoire locale Amognes, magazine local amognes, visiter la nièvre, vacances en Nièvre, photos de Loire, politique St-Benin, presse locale de la Nièvre, patrimoine Amognes, maison retraite St-Benin, Bourgogne, Saint-Jean, tourisme en Nievre, petit Beninois, publications locales Nievre, recettes locales Morvan, Anlezy, Balleray, Beaumont Sardolles, Billy Chevannes, Bona, Cizely, Diennes Aubigny, La Fermeté, Fertrève, Frasnay Reugny, Limon, Montigny aux Amognes, Ourouër, Saint Benin d'Azy, Saint Firmin, Saint Sulpice, Trois Vèvres, Ville Langy, églises romanes des Amognes, Briffault, Rosa Bonheur, Marget, Paul Vacant, Gabriel Charles, Louis Simonet, général Sorbier, Jean Fourastié, Martin des Amognes, Benoist d'Azy, famille de Croy.